La Résistance nait du sentiment d'injustice envers tout être portant vie, quel que soit ce qu'il est

CITES: L'avenir des thons et des requins se joue ces jours-ci à Doha - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 16/03/2010 à 19h21 par Lo.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
CITES: L'avenir des thons et des requins se joue ces jours-ci à Doha

.../... L'essentiel est qu'une espèce marine de l'importance économique du thon rouge fasse son entrée à la CITES. .../... Les espèces inscrites à l'annexe 1 ont, sauf exception rarissime, transité dans un premier temps par l'annexe 2. L'annexe 1 risquerait de reporter les effort de pêche et les menus du réseau mondial de fastfood à sushis sur d'autres espèces de thon aujourd'hui en limite de surexploitation comme le thon albacore, le thon obèse ou encore les stocks de thon rouge du Pacifique Sud. .../...

Dans le domaine de la pêche et de la conservation de la biodiversité marine, les effets pervers mais prévisibles des interdictions de techniques de pêche, de pêcher ou de commercialiser une espèce sont largement sous-estimés. Il est tout à fait probable aussi, et Robin des Bois n'a cessé de le répéter auprès des autorités françaises et des ONG depuis plusieurs mois, que cette épreuve de force avec le Japon aura des conséquences négatives au sein d'autres conventions comme la Commission Baleinière Internationale. Il reste à espérer et à faire en sorte que des Etats membres de la CITES entreprennent une médiation et proposent l'inscription du thon rouge en annexe 2.

Requins

Pour les requins, la Communauté européenne sait faire preuve de pragmatisme et propose l'inscription en annexe 2 de deux espèces de squale plus menacées que le thon rouge; l'annexe 2 serait une bénédiction pour les requins et de la foutaise pour le thon rouge :

Le requin taupe (Lamna nasus): L'espèce a déjà fait l'objet de la même proposition d'inscription en annexe 2 de la part de la Communauté européenne à la 14ème Conférence des Parties en juin 2007 à la Haye aux Pays-Bas. L'Islande, le Qatar, la Chine, le Japon, Singapour, la Guinée, l'Indonésie considéraient alors que la baisse de la population de l'Atlantique du Nord-Est était compensée par une augmentation dans l'Atlantique du Nord-Ouest, le Japon exprimant en outre la crainte de voir les prix augmenter. En décembre 2009, la Communauté européenne a adopté dans le cadre de la Politique Commune des Pêches un quota zéro pour 2010. La CICTA, qui s'occupe également de cette espèce de requin, requiert de ses Etats-membres qu'ils réduisent les efforts de pêche ciblés et les prises accessoires lors de la pêche à l'espadon.

L'aiguillat commun (Squalus acanthias) a déjà fait l'objet d'une demande analogue de l'Union Européenne en 2007 à la Haye. Il est littéralement au seuil de l'extinction dans l'Atlantique du Nord-Est. La Chine, le Japon, l'Argentine, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, la Guinée, l'Islande, le Canada avaient soulevé les mêmes arguments hostiles que pour le requin taupe. A la demande universelle pour les ailerons et les queues du requin aiguillat s'ajoutent des pressions nouvelles pour les cartilages et les huiles parées de vertus médicinales.

Les Etats-Unis et Palau proposent l'inscription à l'annexe 2 de six espèces de requin surexploitées pour les ailerons. En Méditerranée, la population de requin marteau halicorne (Sphyrna lewini) aurait subi un déclin de plus de 99% depuis le début du 19ème siècle.

Dans l'Atlantique du Nord Ouest, le requin marteau halicorne de même que les espèces voisines grand requin marteau (Sphyrna mokarran) et requin marteau lisse (Sphyrna zygaena) auraient subi un déclin de 72% entre 1987 et 2005.

50 à 90.000 tonnes d'ailerons seraient commercialisés chaque année dans le monde alors que les débarquements enregistrés culminent à 3645 tonnes – les ailerons se négocient aux alentours de 133 dollars par kilogramme. Pour les mêmes raisons, la proposition concerne le requin gris (Carcharhinus plumbeus) et le requin sombre (Carcharhinus obscurus).

Le requin océanique (Carcharhinus longimanus), comme les espèces précédentes, vit dans les océans Atlantique, Pacifique et Indien et les mers adjacentes. La viande est rarement consommée; les ailerons ont moins de valeur que sur les espèces requin-marteau (45 à 85 dollars le kilogramme). Les ailerons des requins océaniques représenteraient 2% du volume global du commerce mondial, soit 22.000 tonnes prélevées sur 600.000 individus dont les carcasses sont en majorité rejetées en mer après la mutilation.

Les requins sur l'océan mondial sont dans leur quasi-totalité victimes de la pêche dite non-intentionnelle. Ils sont considérés comme des prises accessoires et accidentelles, ne sont pas comptabilisés, mais en même temps, ils génèrent pour les pêcheurs, les marchands de soupe et les restaurateurs des bénéfices considérables.

Source: Robin des Bois - CITES

Info sélectionnée par Lo

SOS-planete

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Lo
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.