Cisco accusé de contribuer à la surveillance d'Internet et à la répression en Chine - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/05/2011 à 16h34 par Mich.


CISCO ACCUSÉ DE CONTRIBUER À LA SURVEILLANCE D'INTERNET ET À LA RÉPRESSION EN CHINE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Cisco accusé de contribuer à la surveillance d'Internet et à la répression en Chine

 

Stratégie - Comme en 2005 et 2006, Cisco est accusé d'avoir, en connaissance de cause, vendu des équipements réseaux permettant au pouvoir chinois de surveiller et filtrer Internet. L'ONG, Human Rights Law Foundation, accuse cette fois Cisco d'avoir, au travers de contrats commerciaux, contribué à la répression à l'encontre du mouvement spirituel Falun Gong.

L'équipementier réseaux Cisco fait l'objet d'une plainte de Human Rights Law Foundation devant un tribunal américain de Californie. Dans un document de 52 pages, l'ONG accuse l'entreprise d'avoir fourni au gouvernement chinois un système de surveillance d'Internet.

Baptisé "Golden Shield" [Ndlr : bouclier doré], ce système informatique déployé en Chine permettrait aux autorités de surveiller et censurer les activités sur Internet de certains groupes. Ce serait notamment le cas du Falun Gong, un mouvement spirituel chinois réprimé depuis 1999.

Cisco contribuerait au grand-parefeu Chinois

Or selon de Human Rights Law Foundation, Cisco a contribué à la répression politique engagée contre le Falun Gong via la fourniture et la maintenance d'un système de surveillance d'Internet, le Golden Shield.

Les équipements fournis par Cisco et commercialisés sous la marque Policenet auraient contribué à l'interpellation par le gouvernement chinois de 5.000 membres du mouvement spirituel.

Selon l'ONG, Cisco aurait participé aux appels d'offres pour décrocher les contrats de conception du Golden Shield (ou Grande Muraille Internet), et ce sans ignorer que cette technologie visait à faire disparaître le Falun Gong.

La plainte a été déposée pour le compte de 11 plaignants. Seules les identités de trois d'entre eux sont communiquées. Figure parmi eux Charles Lee, un citoyen américain arrêté en Chine en 2003, détenu et torturé jusqu'à sa libération en 2006.

L'identité des huit autres plaignants est gardée secrète afin de les protéger contre d'éventuelles représailles explique l'ONG. Outre Cisco, trois personnalités de l'entreprise américaine sont directement mises en cause. Il s'agit de son PDG John Chambers et de deux cadres exécutifs.

L'équipementier, comme en 2006, dément fermement

Par le biais d'un porte-parole, Cisco estime que ces allégations sont sans fondement. Il fait savoir que l'entreprise se défendra vigoureusement contre ces accusations. « Cisco n'opère aucun réseaux en Chine ou ailleurs, pas plus que Cisco n'a adapté ses produits dans le but de faciliter la censure ou la répression » ajoute-t-il.

Cisco assure que les équipements vendus en Chine sont les mêmes que ceux commercialisés dans les autres Etats, et qu'ils sont par ailleurs conformes à la législation américaine.

Ce n'est pas la première fois que l'équipementier – comme d'autres entreprises américaines, parmi lesquelles Yahoo ! et Microsoft – est accusé d'avoir mis à la disposition du pouvoir chinois des technologies à des fins de surveillance.

Déjà en 2006, Amnesty International affirmait que Cisco, mais aussi Sun Microsystems, avaient fourni à la Chine les technologies nécessaires à la création du backbone Internet chinois, l'infrastructure sur laquelle repose le filtrage et la surveillance du Web dans le pays.

Selon l'Open Net Initiative (ONI), Cisco a non seulement vendu à la Chine du matériel réseaux, mais également apporté une assistance technique et du support. En 2006, Cisco démentait toute participation à la censure, mais reconnaissait en revanche que sa technologie avait été déployée par le régime.

 

Un article de zdnet.fr

 

Notre Association défend les droits de l'Homme et de toutes les espèces vivantes. Elle est APOLITIQUE !

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : zdnet.fr

Source : www.zdnet.fr