Chiffrer la valeur économique des océans - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/03/2012 à 20h17 par Fred.


CHIFFRER LA VALEUR ÉCONOMIQUE DES OCÉANS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Chiffrer la valeur économique des océans

 

On dénombre 405 zones mortes dans le monde, qui couvrent 246 048 kilomètres carrés d'océan, soit approximativement la superficie de la Nouvelle-Zélande.

Environ 35 % des mangroves ont disparu au cours des 30 dernières années.

À elle seule, la destruction des zones humides côtières pourrait être responsable de 1 à 3 % des émissions mondiales de CO2.

Au Sri Lanka, le marais de Muthurajawela n'est pas simplement un paradis pour les oiseaux migrateurs, les singes, les varans et les visiteurs.

Cette tourbière d'eau salée sert aussi de rempart naturel contre les inondations. Une étude datant de 2002, qui exhorte à un renforcement des efforts de conservation, chiffre sa capacité à protéger les villes voisines à 5 millions de dollars par an.

Ce n'est que trop rarement que l'on se penche ainsi sur la valeur économique des écosystèmes naturels.

Il est rare que les plans et les budgets établis par les pouvoirs publics tiennent compte des services rendus par les zones humides salées, les récifs coralliens, les mangroves ou les océans eux-mêmes...

Résultat : depuis des décennies, l'environnement se dégrade, le préjudice économique s'étend, et quand on s'en aperçoit, c'est en général trop tard.

Ainsi, la pollution est à l'origine de 405 zones mortes océaniques, qui couvrent 246 048 kilomètres carrés, soit la superficie de la Nouvelle-Zélande.

Environ 35 % des mangroves ont été détruites au cours des 30 dernières années, cette destruction entraînant avec elle la disparition de leur rôle de protection des zones côtières contre les tempêtes. La destruction des zones humides côtières pourrait à elle seule expliquer de 1 à 3 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone.

L'océan rend donc des services vitaux et il y a aujourd'hui de plus en plus de scientifiques, d'économistes et de pays qui entendent chiffrer clairement la valeur économique de ces services, et éviter ainsi des erreurs coûteuses.

(...)

Comprendre tout ce que procure la préservation

(...)

Des efforts collaboratifs sont nécessaires

(...)

 

Pour lire la totalité de l'article, cliquer ICI

 

Un article de web.worldbank.org

 

Afficher la Source

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Source : web.worldbank.org