Chez la fille de Pierre Rabhi, une école où l'adulte s'adapte à l'enfant - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 31/03/2013 à 18h47 par kannie.


CHEZ LA FILLE DE PIERRE RABHI, UNE ÉCOLE OÙ L'ADULTE S'ADAPTE À L'ENFANT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Chez la fille de Pierre Rabhi, une école où l'adulte s'adapte à l'enfant

 

Au coeur d'un écovillage auto-construit, une école et un collège proposent un projet éducatif original inspiré de Montessori et d'autres méthodes alternatives.

L'histoire de l'établissement sonne comme un conte pour petits et grands. Le projet de Sophie Rabhi, fille du spécialiste mondial d'agronomie biologique et pionnier de l'écologie humaniste Pierre Rabhi, prend forme en 1999.

La maternité et ses convictions écologiques l'amènent à créer la Ferme des enfants, une école maternelle et primaire, d'abord à Montchamp (Ardèche) chez ses parents. En 2008, elle est transférée au Hameau des buis, un écovillage pédagogique et intergénérationnel, fondé dès 2002 avec son compagnon Laurent Bouquet et construit de toutes pièces par ses habitants et des bénévoles sur un plateau de l'Ardèche méridionale.

En contrebas, la rivière Chassezac, ses gorges et ses campings, où les touristes s'ébrouent l'été. En haut, et en pleine nature, l'école, entourée d'une cour de récréation, de balançoires, d'un jardin et d'une ferme pédagogique. Aujourd'hui, les deux classes de maternelle et de primaire accueillent cinquante élèves, tandis que le collège –ouvert en 2011– reçoit 16 adolescents.

L'influence de Montessori, Freinet, Steiner, Krishnamurti, Alice Miller et Dolto

L'originalité du projet éducatif de la Ferme des enfants tient en une idée : changer le comportement des adultes face aux enfants. Pour y parvenir, l'équipe d'enseignants (10 personnes) est influencée par la pédagogie Montessori, mais aussi par Freinet, Steiner, Krishnamurti, Alice Miller ou encore par l'école de Neuville (Dolto). Sophie Rabhi explique :

« On ne respecte pas vraiment l'enfant car on ne respecte pas ses besoins. En y arrivant, on favorise l'émergence d'un être humain accompli. Montessori a trouvé un certain nombre d'activités qui sont en résonance avec l'enfant, période après période, pour répondre à ses besoins naturels. On n'agit pas sur lui, on agit sur son environnement. D'où l'idée de le mettre dans la ferme et la nature. »

Le système classique de notes et de compétitivité sur l'apprentissage est abandonné. Le petit nombre d'élèves permet un suivi personnalisé. Les activités manuelles (ferme aux animaux, jardinage...) sont aussi importantes que les apprentissages "intellectuels". Le rôle des adultes est bien défini. Sophie Rabhi raconte :

« Le plus important, c'est l'attitude des adultes : comment est-ce qu'on règle les problèmes ? Comment éviter les situations de domination ? Comment abandonner les situations de récompense, de punition ? La bienveillance est centrale, c'est elle qui apporte la liberté et la fluidité. »

Lutter contre le "formatage émotionnel"

L'adulte qui s'adapte à l'enfant. Stéphane Villoud, ex-chef d'entreprise, et sa femme ont quitté la ville (Grenoble) pour changer de vie et d'offrir une éducation à leurs enfants plus conforme à leurs souhaits. Stéphane pointe :

« L'école publique inflige des douces violences à nos enfants. Il y a un formatage émotionnel réel, une pression des adultes et des valeurs de performance qui ne nous conviennent pas. Notre démarche est de critiquer notre éducation en gardant le positif. On ne veut pas de rupture. On apprend tous les jours, mais on se questionne aussi beaucoup ».

Le choix concerté de l'école et de changement de mode vie avec ses enfants est assumé par toute la famille, mais n'est pas sans créer des ajustements :

« C'est un lieu où les enfants expérimentent l'indépendance. La difficulté pour nous, parents, réside dans le décalage avec nos règles familiales. »

Les programmes de l'Education nationale pas toujours suivis

Las, cette école n'est pas accessible à toutes les bourses. Les frais scolaires s'élèvent à 2 600 euros par an et par élève. L'inspection académique a donné le feu vert à la rentrée 2011 pour que l'école primaire de La Ferme des enfants passe sous contrat.

L'école et le collège sont soumis à l'obligation scolaire du socle de compétence, mais les programmes de l'Education nationale ne sont pas forcément suivis. L'objectif est d'offrir un enseignement au plus près des envies de l'enfant. Rodolphe Herino, coresponsable du collège, explique :

« On a rencontré les parents et les ados pour connaître leurs projets à la rentrée. Pour ceux qui veulent passer le brevet, on va coller au programme de l'Education nationale. Pour ceux qui veulent une insertion professionnelle rapide, on va cibler le socle commun et les apports de base, etc. »

Que deviennent les enfants qui retournent dans le public ? Rodolphe Herino et sa femme Claire, qui dirigent le collège depuis son ouverture, admettent qu'«on manque de recul», mais ont une certitude :

« On fait le pari qu'un ado ayant les connaissances de base, qui est bien dans ses baskets, qui sait s'exprimer et dire ses émotions, aura les ressources pour se préparer et faire face à ces situations. »

 

 

Un article de Laurent Hazgui, publié par rue89.com et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete

 

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Laurent Hazgui

Source : www.rue89.com