Larrouturou : Taxe sur les transactions financières. Ce qui bloque ? La France et le lobby bancaire

Chasse ouverte pour les oiseaux domestiques et les animalospizes parasites - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/04/2011 à 14h16 par INRI.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Chasse ouverte pour les oiseaux domestiques et les animalospizes parasites

 
La course à l'armement biologique entre les oiseaux domestiques et les parasites couvains aviaires - dans ce cas le coucou - représentent l'axe de l'évolution, en menant à des nouvelles «signatures» (modèles d'oeufs) pour les oiseaux domestiques et les contrefaçons pour les parasites, selon une nouvelle étude de collaboration britannique et sud-africaine. Présentés dans la revue Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, les résultats révèlent des changements significatifs au niveau de la diversité phénotypique et du comportement des oiseaux.

Les experts savent qu'en tant qu'oiseaux parasitaires couvains, les coucous pondent des oeufs qui ressemblent à leurs hôtes afin de piéger ces derniers en acceptant l'oeuf «étranger» et en élevant le coucou oisillon comme l'un des siens. Mais les chercheurs de l'université de Cambridge au Royaume-Uni et de l'université de la ville du Cap en Afrique du Sud ont découvert que certaines espèces aviaires parasitées par l'animalospize parasite africain ont placé la barre plus haut en développant leurs mécanismes de défense pour battre le coucou à son propre jeu.

Une belle illustration de cela en est comment les femelles domestiques pondent des oeufs de différents types, couleurs et modèles dans les nids. Grâce à ces signatures d'oeufs, les coucous ont beaucoup plus de mal à produire des œufs «contrefaçons» qui pourraient être acceptables et tromper les hôtes en les acceptant. L'anomalospize parasite femelle ne peut pas changer l'aspect de son oeuf, par conséquent, elle n'arrive pas à associer son oeuf à ceux de l'hôte femelle.

«L'anomalospize parasite devenant plus compétent en ce qui est de tromper ses hôtes grâce à un meilleur mimétisme, les hôtes ont développé des moyens de plus en plus sophistiqués pour y répondre», explique le Dr Claire Spottiswoode du département de zoologie à Cambridge, et du Percy FitzPatrick Institute of African Ornithology dans la ville du Cap, auteur principal de l'étude.

«Nos expériences sur le terrain en Zambie montrent que cette course biologique a évolué de façons très différentes dans les diverses espèces. Certaines espèces hôtes - telles que le prinia modeste [Prinia subflava] - ont développé des défenses en modifiant l'aspect de leurs oeufs pour qu'ils soient très différents des parasite. Et nous en voyons la preuve dans l'évolution d'une diversité incroyable de couleurs et de modèles d'oeufs de prinia.

«Ces variations semblent agir comme le marquage complexe d'un billet de banque: les couleurs et les modèles complexes font des œufs plus difficiles à falsifier par le parasite, tout comme les filigranes agissent pour rendre les billets plus difficiles à falsifier par les contrefacteurs.»

Un différent plan d'action pour un autre anomalospize parasite hôte, la cisticole à face rousse (Cisticola erythrops), qui se fonde sur une discrimination précise des oeufs qu'elle rejette ou accepte. Dans ce cas, la cisticole à face rousse possède une capacité de discrimination tellement brillante qu'elle peut décerner même l'imitation la plus sophistiquée parmi les autres oeufs.

En commentant les diverses stratégies utilisées par les oiseaux domestiques, le Dr Martin Stevens, également du département de zoologie de Cambridge et auteur de l'étude, affirme: «Nos expériences ont montré que ces différentes stratégies sont tout aussi fructueuses en tant que défenses contre l'animalospize parasite.

De plus, une espèce qui a combiné les deux méthodes - la cisticole grinçante [Cisticola chiniana] - semble avoir vaincu l'animalospize parasite grâce à cette double stratégie, étant donné qu'elle n'est plus parasitisée. Cette course entre l'animalospize parasite et son hôte met l'accent sur comment les interactions entre les espèces peuvent être remarquablement sophistiquées notamment dans les régions tropicales telles que l'Afrique, en nous offrant de beaux exemples d'évolution et d'adaptation.»
 

Un article publié par CORDIS

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Auteur : CORDIS

Source : cordis.europa.eu

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter INRI
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.