Cette "loi Fifa" qui ligote le Brésil - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/06/2014 à 22h25 par Jacky.


CETTE "LOI FIFA" QUI LIGOTE LE BRÉSIL

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Cette "loi Fifa" qui ligote le Brésil

 

TOUTE PUISSANTE - Brasilia a dû voter la "loi générale de la Coupe", qui dédouane la Fifa de toute responsabilité et préserve les sponsors de la Coupe du monde.

Le Brésil doit gérer une fronde sociale et l'organisation de la Coupe du monde de football au même moment. 42 employés du métro de Sao Paulo ont été licenciés lundi pour avoir fait grève, en vertu d'une législation mise en place pour la Fifa, estiment les signataires d'une tribune dans Libération. La Fédération, elle, n'est pas très inquiète, puisqu'elle a assuré ses arrières en mars 2012 en faisant voter la Lei geral da Copa, la loi générale de la Coupe.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Pauline Hofmann, publié par europe1.fr et relayé par SOS-planete

 

Coupe du Monde : ce qu'on ne verra jamais

Sous les feux des médias, la grande messe planétaire de la Coupe du Monde de football. Dans l'ombre, la triste réalité de la société brésilienne. Flambées de violence, répression policière brutale... des centaines de blessés, des assassinats ciblés, des disparitions, près de 10.000 familles expulsées... La situation sociale devient explosive au Brésil où les protestations contre la gabegie de la Coupe du Monde de football se multiplient

(...)

 

Pendant ce temps de fête, des enfants forcés à faire des « passes » pour 1,60 €

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle Newsletter bimestrielle gratuite

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT !
Merci de contribuer au financement participatif

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 





Auteur : Pauline Hofmann

Source : www.europe1.fr