Saez chante "Tous les gamins du monde" - Vidéo clip musical

Ces substances que nous cache... la piscine - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/08/2013 à 19h26 par kannie.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Ces substances que nous cache... la piscine

 

Quel plaisir que de nager dans une piscine, de sauter, plonger, barboter... L'été arrivé on redécouvre le plaisir de l'eau et de la trempette. Mais voilà, dans la piscine vous n'allez pas rencontrer que d'autres baigneurs. Une foule d'un autre genre vous y attend, pas très ragoûtante.

Le baigneur, première source de pollution

Vous avez sans doute remarqué à la piscine, ceux –enfants ou adultes– qui passent sous la douche en... l'évitant, sans se laver les cheveux, en sautant par-dessus le pédiluve pour ne pas y mettre les doigts de pieds...

Autant de personnes qui vont prendre leur douche... dans la piscine ! Comme si ces baigneurs profitaient de la trempette pour se laver. Yeurk.

Tous ces baigneurs vont contribuer à altérer le fragile équilibre de l'eau de la piscine, car l'eau est un milieu vivant qui demande un réglage permanent et délicat.

Rappelons qu'un nageur, même bien propre, est lui-même constitué à 70% d'eau. Mais pas uniquement, car un nageur apporte avec lui :

  • Des cheveux (qu'on perd tous les jours)
  • Des reliefs de peaux mortes
  • Un peu de morve
  • Des traces d'urine et d'excréments : si une personne souffre d'un début de gastroentérite, un gramme de selle contient un milliards de virus
  • Des poils
  • Des champignons apportés par les personnes atteintes de mycoses
  • De la crème solaire

Une personne qui nage dans la piscine pendant 2 heures, par exemple, excrète de 20 à 80 millilitres d'urines + de 10 centilitre à 1 litre de sueur, autrement dit un cocktail d'urée, d'azote et de carbone. Pour une piscine municipale qui compte par exemple 150 000 visiteurs, les quantités deviennent énormes. Beurk

 

 

Pour rétablir l'équilibre chimique de l'eau, il va falloir 7 grammes de chlore, rien que pour notre unique nageur. Et plus les nageurs sont sales, plus il faut de chlore pour assainir ce bouillon de culture et d'agents pathogènes.

Une piscine olympique = 3,75 millions de litres.

Le chlore n'est pas sans inconvénient

On utilise du chlore, car il s'attaque à la matière organique de toute nature, qu'elle soit dangereuse (virus et bactéries) ou inoffensive –c'est elle qui constitue 99,9% du total. En oxydant la matière organique, le chlore crée de nouvelles molécules qui sont toxiques : les chloramines qui peuvent provoquer des irritations nasales ou des yeux. Pour s'en débarrasser il faut terminer la réaction chimique pour éliminer toute la matière en suspension dans l'eau.

Or, les chloramines sentent mauvais et donnent à nombre de piscine cette odeur désagréable qui vous saisit dès le hall d'accueil. Si c'est le cas, c'est un signe que la piscine n'est pas désinfectée à fond...

 

PAS SANS DANGER POUR UN USAGE PUBLIC

 

Les solutions : entretien et discipline

Comment éviter de se baigner dans un bouillon organique ?

Ce qui vaut dans une piscine municipale vaut dans une piscine individuelle : il faut demander aux nageurs du respect des autres et de se laver correctement pour éviter les inconvénients de la promiscuité.

Mais peut-on placer un surveillant à la sortie des douches pour vérifier que tout le monde s'est bien lavé et savonné le corps et les cheveux comme cela se pratique dans les pays nordiques ?

Pas sûr.... Alors il faut recourir à l'entretien de la piscine et à la chimie. Tout d'abord, en renouvelant l'eau pour diluer la "sauce", en apportant de 80 à 180 litres d'eau propre par baigneur. Au total, malgré les filtres, sur une année, les 4/5è de l'eau renouvelée dans une piscine le sont pour motif d'hygiène.

Et tout ça coûte cher !

Pour une piscine municipale, on estime que le coût de l'eau propre, correctement chauffée, est de 11 euros par m3, soit 3 fois plus que pour l'eau potable de ville. Et la différence de renouvellement d'eau pour une piscine avec nageurs propres ou sales peut atteindre 10.000 m3 d'eau par an, soit 30 000 € de surcoût ou d'économies.

S'il vous plaît, passez à la douche...

 

Un article de Jean-Marie, publié par consoglobe.com et relayé par SOS-planete

 

Ne pas hésiter à consulter l'excellent consoGlobe.com !

 

« Nous ne défendons pas la Nature... Nous SOMMES la Nature qui se défend ! » Michel Tarrier

Message d'une Association française au Président de la République : François HOLLANDE

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Mercredi : 6667 visiteurs

 

Auteur : Jean-Marie

Source : www.consoglobe.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter kannie
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.