Grâce à la Turquie d'ErdoGan, la majorité des nations du monde soutient l'Ukraine. La Chine aussi ?

Ces plantes tueuses nous envahissent - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/04/2010 à 18h59 par emma.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Ces plantes tueuses nous envahissent

Vous connaissez la grenouille taureau, qui pousse sa corne dans le Sud-Ouest ?
On vous a expliqué que les petites tortues de Floride des animaleries finissent dans les mares où elles piquent la place de notre cistude gasconne ?
Et tout le monde sait qu'on ne trouve presque plus que des écrevisses américaines dans les cours d'eau de la région...

Voilà pour les bestioles.

Mais le même phénomène se produit avec les végétaux . Une invasion plus silencieuse, mais bien réelle, sur laquelle l'institut Klorane (Groupe Fabre) veut alerter le grand public.

Parce que ces végétaux sont peut-être très jolis, mais ils flanquent la pagaille dans notre écosystème.

L'institut Klorane, fondation d'entreprise, s'est donné pour but la protection et la conservation des espèces en voie de disparition, et l'information du grand public. Notamment sur les plantes toxiques, allergisantes, polluantes, sur les champignons...

Il veut aujourd'hui que l'on aprenne à se méfier de ces belles venues d'ailleurs et qui se croient désormais tout permis.

Ainsi, la berce du Caucase. Très belle, avec ses ombrelles blanches... Mais épouvantablement toxique : elle provoque des brûlures, surtout en cas d'exposition à la lumière.

Dans la région Rhône-Alpes, l'ambroisie à feuilles d'armoise s'est implantée au point de provoquer des pics de pollens, qui mettent au tapis des milliers d'allergiques chaque saison.

Dans le Grand Sud, la jussie grignote les mares, les marécages, les cours d'eau, et fait crever poissons et grenouilles qui y vivaient auparavant.
Une plante assez néfaste pour qu'il soit désormais interdit de la vendre en jardinerie.

En revanche, d'autres plantes, bien que nuisibles, sont toujours en vente libre.

Elles seraient les bienvenues, ces jolies fleurs exotiques, si elles restaient dans leur coin.

Mais ici, elles se sentent pousser des ailes, se développent le long des voies ferrées, sur les friches, les terrains vagues, comme de la mauvaise herbe.

Et cela au détriment des plantes locales, qui peu à peu disparaissent : c'est ballot, surtout en 2 010, année de la biodiversité.

Il y a deux ans, les passionnés de l'association Terranoos sont revenus sur les pas d'Augustin Pyramus de Candolle, le botaniste chargé par Napoléon de faire l'inventaire de la flore des Pyrénées.

200 ans après, force est de constater que certaines plantes ont disparu. La biodiversité des fleurs se perd un peu, beaucoup, passionnément...

Source : ladepeche.fr

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur lien utile

Information recueillie par Emma

Pour en savoir plus sur la situation de la terre

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter emma
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.