Certaines nanoparticules seraient toxiques - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/04/2011 à 11h22 par Fred.


CERTAINES NANOPARTICULES SERAIENT TOXIQUES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Certaines nanoparticules seraient toxiques

 
En 2011, l'INRS, en partenariat avec le réseau européen PEROSH (Partnership for European Research in Occupational Safety and Health), organise un nouveau cycle de conférences consacrées à la recherche en santé au travail.

Le premier congrès, dédié aux risques professionnels liés aux nanoparticules et aux nanomatériaux avait lieu du 5 au 7 avril. Il a rassemblé plus de 13 instituts homologués de l'INRS et 465 chercheurs, experts, hygiénistes, industriels, préventeurs, médecins en provenance de 22 pays.

Les nanomatériaux et nanoparticules ouvrent un important champ de potentialité dans de nombreux domaines tels que la santé, l'agroalimentaire, l'énergie, les matériaux, le transport...

Des centaines d'institut de recherche et laboratoire les étudient dans le monde entier pour développer de nouvelles applications, augmentant dans le même temps les situations d'exposition.

Or, des questions subsistent quant aux risques de ces nouveaux produits chimiques pour l'homme et l'environnement. Ainsi, la rencontre d'avril 2011 avait pour objectif de réunir un grand nombre d'experts et partager les connaissances en matière de toxicité des nanoparticules, de mesure des expositions et de méthodes de prévention.

Les risques liés aux nanoparticules ne sont toujours pas prouvés scientifiquement. Cependant, plusieurs structures de recherche envisagent la toxicité de certaines d'entre elles qui pourraient atteindre le bon fonctionnement du foie et des poumons (d'après des tests effectués sur des animaux en laboratoire) : mais le manque d'étude sur l'inhalation de nanoaérosols chez l'animal de laboratoire est encore à déplorer ; l'INRS (Nancy) prévoit l'ouverture d'une structure dédiée en 2012.

Par ailleurs, la nature chimique et la concentration massique (masse de soluté par unité de volume de solution), utilisées habituellement comme critères pour caractériser le caractère toxique des produits chimiques, ne sont pas suffisantes concernant les nanoparticules : pour ces dernières, il faut également prendre en compte la morphologie, la taille, la réactivité de surface et la surface spécifique. Si la pertinence des méthodes d'essai en vigueur doit être vérifiée, de nouveaux tests et procédures, plus adaptés, sont encore à inventer pour réellement mesurer les risques de ces produits et matériaux.

De même, l'on ne connaît pas bien l'étendue de l'exposition aux nanomatériaux : il n'y a pas encore de méthode spécifique, simple et validée pour mesurer l'exposition aux nanoaérosols sur le lieu de travail. Des appareils voient le jour actuellement, mais il reste encore à vérifier leur efficacité et mettre en place des procédures d'évaluation et d'analyse des données.

Nombreuses incertitudes et interrogations demeurent. L'INRS préconise donc une approche de la problématique basée sur le principe de précaution : des mesures de prévention devront être développées au cas par cas et adaptées à l'exposition (produit, temps et niveau d'exposition...).

Plus d'infos : http://www.techniques-ingenieur.fr/011
 

Un article publié par preventica.com

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Source : www.preventica.com