Censure des médias en Hongrie - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/01/2011 à 22h17 par Mich.


CENSURE DES MÉDIAS EN HONGRIE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Censure des médias en Hongrie

C'est le 21 décembre 2010 que le Parlement hongrois a adopté, par 256 voix contre 87, une nouvelle loi sur les médias.

Entrée en vigueur le 1er janvier 2011, elle les expose au contrôle de l'Autorité nationale des médias et des communications (NMHH) qui peut leur infliger des amendes sévères allant de 89 000 euros à 730 000 euros en cas « d'atteinte à l'intérêt public, l'ordre public et la morale», ou encore des «informations partiales».

Ces concepts étant très ambiguë et pas clairement définis, ils laissent la porte ouverte à toutes sortes d'abus et permettent ainsi une censure de la presse surtout que que la NMHH est contrôlée par des membres du Fidesz, le parti de droite au pouvoir .

Cette nouvelle autorité a également le pouvoir de contraindre les journalistes à révéler leurs sources sur les questions relevant de la sécurité nationale et peut avoir accès aux documents des différents organes de presse.

L'une des première enquête de la NMHH concernait la radio privée Tilos à laquelle elle reprochait la diffusion d'une chanson du rappeur américain Ice-T qui était « susceptible d'influer de manière négative sur le développement des mineurs ». La NMHH avait finalement fait marche arrière en abandonnant l'enquête.

De nombreuses voix se sont élevées contre cette loi et notamment celles des eurodéputés verts qui sont bâillonnés et ont brandi des feuilles blanches où on pouvait voir le titre d'un journal hongrois et la mention « CENSORED ».

Cette action a eu lieu mercredi 17 janvier lors de la venue à Strasbourg du Premier ministre hongrois Viktor Orbán, ce dernier s'était déplacé afin de présenter son programme puisqu'il assure actuellement la présidence de l'Union européenne pour six mois.

Le 21 janvier, c'est la Commission européenne qui a réagit et mis en demeure la Hongrie de prouver que cette loi tant contestée est bien conforme à la législation européenne dans un délai de deux semaines. Passé ce délai, la Commission se réserve « le droit d'entamer une procédure d'infraction ».

N.O.M. : le Nouvel Ordre Mondial

Notre Association défend les droits de l'Homme et de toutes les espèces vivantes. Elle est APOLITIQUE!

Lances-toi! Deviens vite lanceur d'alerte

Le site étrange qui dérange même les anges!





Auteur : GB

Source : www.paperblog.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • Hongrie - 
  • censure