Cellules souches d'embryon : premier essai clinique européen - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/10/2011 à 09h42 par Kannie.


CELLULES SOUCHES D'EMBRYON : PREMIER ESSAI CLINIQUE EUROPÉEN

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Cellules souches d'embryon : premier essai clinique européen

 

Pour la première fois en Europe, un hôpital britannique (Le Moorfields Eye Hospital de Londres) a obtenu l'autorisation d'injecter des cellules souches issues d'un embryon dans les yeux d'enfants malvoyants.

C'est une société américaine de biotechnologie, ACT, qui va piloter ce premier essai clinique dont l'objectif est de traiter une pathologie rare de la vue. Les 12 patients retenus pour cet essai sont tous atteints de la maladie de Stargardt à un stade avancé ; il s'agit d'une maladie génétique héréditaire incurable à ce jour qui entraîne la cécité chez les enfants en dégradant la vision centrale.

Après des essais concluants chez l'animal, les patients vont bénéficier d'injections de cellules souches (entre 50 000 et 200 000 par patient) sous la rétine. Celles-ci sont issues d'un embryon humain, transformées en cellules rétiniennes.

Normalement, ces cellules souches devraient se multiplier et remplacer les cellules détériorées par la maladie. Mais l'utilisation de cellules souches embryonnaires à des fins médicales pose des problèmes éthiques et suscite un vif débat, y compris dans la communauté scientifique.

En outre, cette thérapie devra faire la preuve de son innocuité et de son efficacité sur plusieurs années pour pouvoir être généralisée.

 

Un article publié par moorfields.nhs.uk

 

Voir précédent article sur ce sujet

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : MEH

Source : www.moorfields.nhs.uk