Cellectis décroche un gros contrat auprès de Monsanto - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/09/2009 à 13h52 par Tanka.


CELLECTIS DÉCROCHE UN GROS CONTRAT AUPRÈS DE MONSANTO

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Cellectis décroche un gros contrat auprès de Monsanto

Information sélectionnée par Tanka.

Le numéro deux mondial de l'agrochimie a conclu un accord avec l'entreprise française de biotechnologie pour utiliser dans les plantes, sa technologie de modification génomique.

C'est le plus important contrat jamais signé par Cellectis. Monsanto, le numéro deux mondial de l'agrochimie, a conclu un accord avec l'entreprise française de biotechnologie pour utiliser, dans les plantes, sa technologie de modification génomique. Cette dernière est basée sur les méganucléases, des ciseaux moléculaires qui peuvent modifier les gènes (les empiler, les supprimer, etc.) pour obtenir des plantes dotées de nouvelles caractéristiques.

Le contrat prévoit que Cellectis recevra un droit d'entrée de 3 millions d'euros. Le géant américain doit en outre investir 1 million d'euros au capital de Cellectis. Le groupe dirigé par André Choulika percevra également des paiements d'étape pour le développement de chaque méganucléase ainsi qu'à l'occasion de "jalons" atteints avec succès. Mais ce n'est pas tout : Cellectis pourra également toucher des redevances sur certains "traits" (des caractéristiques de plantes-NDLR) commercialisés par Monsanto. Connu pour son maïs, l'industriel de Saint Louis (Missouri) pourrait également utiliser cette technologie sur le coton, le soja, le colza ou encore le blé. Au total, le montant de l'opération peut atteindre 125 millions d'euros pour Cellectis, sur les cinq prochaines années.

"Le contrat va nous permettre de lisser notre chiffre d'affaires. Grâce à cet accord structurant, nous allons pouvoir construire un business pérenne et assurer notre équilibre financier, comme prévu, en 2012", se félicite André Choulika. Il s'agit du deuxième accord commercial signé par Cellectis, après celui conclu au printemps avec Limagrain. L'entreprise, qui a déjà obtenu des contrats de BASF, Bayer et DuPont, travaille maintenant à de nouveaux accords. Car le marché est vaste : les ventes mondiales de l'"agrobiotech" ont été évaluées l'an dernier à 7,5 milliards de dollars.

LAURENCE BOLLACK, Les Echos