Ce mal mystérieux qui décime les huîtres - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/12/2012 à 21h06 par kannie.


CE MAL MYSTÉRIEUX QUI DÉCIME LES HUÎTRES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Ce mal mystérieux qui décime les huîtres

 

Chaque année, c'est la même hécatombe partout dans le monde : 70% des huîtres meurent avant de pouvoir être consommées. Réchauffement des océans, virus tueur, pollutions aux pesticides, asphyxie progressive des mers... Les avis divergent sur les raisons de cette catastrophe. En attendant, le chômage progresse dans l'ostréiculture. Basta ! tente de remonter la piste de ce mal mystérieux.

C'est l'un des paradoxe des festins de Noël. L'huître que vous allez peut-être déguster à l'occasion des Fêtes est une rescapée. Chaque année, depuis 2008, c'est la même chose : à partir du mois de mai, les jeunes huîtres creuses meurent, en masse. De 30% auparavant, leur taux moyen de mortalité est passé à 70%. Dans certaines régions, il atteint même 90% ! Que se passe-t-il donc ?

« Les employeurs nous font part de diverses causes. Ils parlent du réchauffement climatique, de la pollution maritime et notamment de l'écoulement des eaux usées dans la mer. Ils parlent aussi des pesticides et des virus. Bref, plusieurs explications sont avancées. Mais on sait que tout le monde n'est pas d'accord », tente de répondre Jean-Pierre Mabillon, secrétaire général adjoint de la Fédération générale des travailleurs de l'agriculture du syndicat Force ouvrière.

Un bouc-émissaire était tout désigné : l'huître des quatre saisons, un coquillage « chromosomiquement » modifié '1'. Elle a, un temps, été soupçonnée d'être à l'origine de cette surmortalité. Mise au point en 1997 par l'Institut public français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer), cette huître représente actuellement 30 à 40% des bivalves vendues en France. Stérile, elle ne dépense pas d'énergie pour sa reproduction.

Premier suspect : une huître modifiée

Cette huître domestique pousse donc plus vite que les mollusques sauvages, sans produire de laitance, cette matière blanchâtre qui freine la consommation des huîtres de mai à août. Elle permet aux ostréiculteurs d'éviter le creux de l'été. Mais les oblige à passer par des écloseries –des élevages industriels– pour renouveler leurs parcs. Attachés à leur indépendance, des professionnels ont créé une association autour de la marque déposée «Huîtres nées en mer». Et collectent eux-mêmes leurs naissains.

Le milieu ostréicole a donc espéré que l'huître des quatre saisons résisterait mieux à l'hécatombe. Mais elle aussi succombe à ce mal mystérieux. Et c'est à tort qu'elle a été accusée d'avoir introduit un virus ou des bactéries qui auraient infecté les huîtres sauvages.

 

 

Seul risque avéré de ce coquillage modifié : rendre stérile les huîtres naturelles en les contaminant. Que se passerait-il si, par inadvertance, de telles huîtres étaient relâchées dans la nature ? Cela pourrait «entraîner l'extinction de l'huître diploïde originelle», répondait en 2004 le comité d'éthique et de précaution de l'Inra et de l'Ifremer. Mais cela n'explique pas la surmortalité, et nous égare de la traque de notre serial killer de mollusques.

Virus tueur de mollusques ou pesticides ?

Pour les autorités sanitaires, le responsable de la tragédie est un virus, qui répond au nom barbare d'OsHV-1. Il proliférerait à la faveur du dérèglement climatique. «Les variations brutales de la température des eaux, conséquences directes du réchauffement climatique, provoquent un stress physiologique chez l'animal qui permettrait aux agents pathogènes de se développer», avance le biologiste Jean-Pierre Baud, de l'Ifremer.

Idem pour les polluants chimiques, notamment les pesticides, qui fragiliseraient le système immunitaire des huîtres. Il y a donc un virus qui se balade, et qui profite du piètre état de santé d'huîtres vivant dans des eaux trop chaudes et trop polluées, pour prospérer.

Tout le monde ne l'entend pas de cette oreille. Certains professionnels se demandent ainsi pourquoi le virus ne se précipite que sur 80% des huîtres qui meurent. De quoi meurent les autres, alors ?

En janvier 2012, Goulven Brest, président du Comité national de la conchyliculture (CNC), affirmait que le virus OsHV-1 n'était pas une cause, mais «plutôt une conséquence» de la mortalité des huîtres. Et que l'origine de cette mortalité était «pluri-factorielle» [2] Interrogé par Basta ! sur les raisons de l'hécatombe, le CNC reste prudent : « Des travaux sont toujours en cours. Les résultats devraient tomber au printemps ou à l'été 2013 ». Le comité se dit « satisfait » de la nomination d'un expert généticien, chargé de trouver les causes (et d'éventuelles solutions) à la mort massive des huîtres.

Les huîtres, victimes d'un surcroît de CO2 ?

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Notes

'1' L'huître des quatre saisons, ou huître triploïde, n'est pas un OGM car sa « fabrication » s'est faîte sans apport de gène étranger mais par manipulation des gamètes (via un choc chimique ou thermique), ou par fécondation d'un ovule triploïde (manipulé auparavant).

'2' Les surmortalités des naissains d'huîtres creuses.

 

Un article de Nolwenn Weiler, publié par bastamag.net et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Nolwenn Weiler

Source : www.bastamag.net