La quête des milliardaires : devenir immortels et coloniser les planètes habitables les plus proches

Ce climat qui déraille - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/11/2009 à 19h04 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Ce climat qui déraille

Information recueillie par Michel95

En espérant que l'on ait plus à dire cela des prochaines années...

En fait: NON !

Il ne faut plus espérer !

Il faut se remuer les fesses..!

Météo. Tempête, grêle, sécheresse, inondations... 2009 restera l'année de tous les excès.

Orages de grêle subits et violents, vents capables d'établir des records absolus, coulées de boues destructrices et épisodes de sécheresse... 2009 a décidément offert toute une série d'événements forts qui pourraient préfigurer à leur manière ce que sera le paysage climatique de ces prochaines années.

Caractérisée par des perturbations météorologiques très marquées, cette année s'est d'abord illustrée par cette tempête dénommée Klaus, ce coup de vent cyclonique exceptionnel dont les forêts landaise et pyrénéenne portent toujours les traces.

Dix ans après la tempête de 1999 inscrite à jamais dans les annales, dix ans aussi après les inondations meurtrières de l'Aude et du Tarn, la météo démontre qu'elle reste par nature indomptable dans ces extravagances.

Le sommet de Copenhague qui s'ouvre dans quelques semaines sera une nouvelle occasion de rappeler que le réchauffement climatique multiplie les phénomènes météorologiques extrêmes.

Cyclones, ouragans, inondations... ont vu leur intensité progresser de façon significative cette dernière décennie. Et, selon de nombreux scientifiques, cette progression est une conséquence directe du réchauffement planétaire.

Au cours de la dernière décennie, le nombre de catastrophes aurait augmenté de 60 % par raport à la période précédente.

Si, dans la région, les catastrophes prennent heureusement une dimension moindre, la répétition de certains phénomènes comme la grêle autorise un certain nombre d'interrogations.

Ce week-end, à la Cité de l'espace, l'Observatoire français des tornades et orages fréquents (Keraunos) se réunit en séminaire autour de différents spécialistes de météorologie convective.

Les phénomènes de grêle qui ont particulièrement marqué le Grand Sud cette année occuperont largement le débat.

Il y a dix ans dans l'Aude et le Tarn

Dix ans après, les chiffres font toujours aussi froid dans le dos. 25 personnes tuées, une disparue, 3000 personnes évacuées, 25000 foyers privés d'électricité, 232 communes sinistrées, 404 millions d'euros de dégâts.

En quelques heures, l'Aude a connu la nuit la plus tragique de sa décennie.

C'était la nuit du vendredi 12 au samedi 13 novembre 1999.

Personne n'avait imaginé un tel phénomène.

Cet événement météorologique est d'un type fréquent en automne en Languedoc-Roussillon, mais il atteint rarement une ampleur aussi exceptionnelle à la fois par l'intensité de la pluie et le territoire concernée.

L'augmentation du niveau de l'eau s'est faite très rapidement et le phénomène pluvieux s'est déplacé de telle sorte que les crues de l'Orbieu et de l'Aude sont arrivées au même moment à la confluence.

Ce qui a provoqué de très fortes inondations dans le Narbonnais, alors qu'au même moment, en Méditerranée, de grosses vagues ont ralenti l'écoulement de l'Aude dans la mer, accentuant ainsi la montée du niveau de l'eau.

Cet événement météorologique ne s'était pas limité à l'Aude mais, la même nuit, avait frappé le sud du Tarn.

En quelques heures, il était tombé 250 litres d'eau au m2, provoquant des coulées de boue, des inondations.

Ce déluge avait provoqué la mort de cinq personnes dans la vallée du Thoré.

C'est à la suite de ces évenements que les systèmes d'alerte météo avaient été mis en place.

Un cyclone extratropical de type «bombe»

Janvier : la tempête Klaus

Entre le 23 et le 25 janvier, un épisode de vent exceptionnel touche le Sud-Ouest, mais aussi le nord de l'Espagne et l'Andorre.

Baptisée Klaus, cette tempête est considérée comme la plus destructrice depuis celle de 1999 devenue la référence en tous points. Klaus est ce que les météorologistes appellent un cyclone extratropical de type « bombe ».

C'est tout dire.

L'anémomètre de la station de Perpignan cède sous une puissante rafale de vent de 183 km par heure.

La tempête tue 17 personnes, 6 en France et 11 en Espagne.

Plus de 1,7 million de personnes sont privées d'électricité.

L'arrêté de catastrophe naturelle est reconnu par arrêté pour neuf départements du Sud-Ouest.

En août, 1,7° de plus que la normale

Eté : la vague de chaleur

De cet été, on conserve un souvenir caniculaire, mais sur une courte période.

Rien à voir cependant avec l'année 2003 qui fut à l'origine de 70 000 décès supplémentaires en Europe.

La surmortalité a atteint des niveaux exceptionnels au mois d'août en France.

Reste que l'été 2009 se situe au cinquième rang des étés les plus chauds depuis 1950 derrière les années 2003, 2006, 1994 et 1983.

.../...

 

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

 

      

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

      

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Lire tous les commentaires (3) - Laisser un commentaire sur cette actualité

Commentaire laissé par Michel95 le 12/11/2009 à 20h32

Bonjour

Pour moi, le problème est très simple.

Qui rempli nos poubelles ?

Qui participe à l'épanouissement des industries ?

Chacun d'entre nous !

Le gouvernement ne pousse personne à jeter ses saloperies par la vitre de sa voiture, de vider des cendriers au premier feu rouge, à acheter et utiliser des insecticides pour protéger ses "belles roses" dans son jardin, à virer ses gravats après travaux en pleine la nature, à acheter le dernier modèle de tel ou tel appareil et autres gadgets, j'en passe et des meilleurs...

Pourquoi je vois partout des chargeurs branchés en permanence dans les entreprises et chez les particuliers alors que 2 bonnes heures suffises à recharger la plupart des appareils sans fil ?

Ça : je le constate TOUS LES JOURS !

L'état nous demande de rouler moins vite car cela réduit la consommation : le seul écho que je reçois est le mécontentent des conducteurs !

L'homo sapiens ne s'occupe que de deux choses : son petit train train de vie qu'il ne faut pas changer et surtout son compte en banque qu'il ne faut pas toucher...!

Et bien moi, je dis : VIVE LES RADARS ! Ils ne dérangent que ceux qui ne respectent pas la loi - qui n'est pas faîtes pour les chiens - et ils sauvent la vie de milliers de personnes malgré elles...

J'estime que l'essence n'est pas assez chère ! Il suffit de regarder le trafic routier sur sa belle télévision qui fonctionne surtout au NUCLEAIRE ! ! ! !

L'état et les industriels ont beaucoup de ménage à faire chez eux mais chaque "citoyen" devrait appendre le CIVISME avant de critiquer son voisin, et de regarder un peu moins les pubs qui nous entrainent dans une catastrophique consommation effrénée autant qu'inutile mais qui diminue de plus en plus les conditions vitales de survie des générations futures !

NOUS SOMMES TOUS RESPONSABLES: INDIVIDUS ET ENTREPRISES !

Vous avez quelque chose contre l'EDF ?

Résiliez votre contrat !

Commentaire laissé par Lo le 12/11/2009 à 19h51

Ci-joint un lien sur un article de S. Huet dans Libé fustigeant les scientifiques mettant en doute la théorie et la pratique du réchauffement annoncé... Les commentaires des internautes sont très intéressants!
Insulte aux climatologues

Commentaire laissé par Lo le 12/11/2009 à 19h50

"Il faut se remuer les fesses...!"

C'est à dire ? Que faire ? A part devenir végétarien et prendre le vélo ou le métro plutôt que la voiture -quand on a pas trop de passagers ou de chargement ou une longue distance à parcourir- je ne vois pas et ne comprend pas pourquoi on devrait se culpabiliser d'un phénomène issu de la révolution industrielle qui a submergé le monde en un siècle ?

Sans blague, l'alarme au dérangement climatique (après réchauffement, changement, je hasarde cette nouvelle terminologie) ne cesse de strider sur nos têtes, mais que peut faire concrètement le citoyen moyen autre que ce qui est énoncé plus haut ?

D'autre part, même si toutes nations qui se retrouvent à Copenhague décidaient de réduire drastiquement leurs émissions de CO2 (je remarque qu'il n'est pas question du méthane dans les résolutions) et y parvenaient, ce qui serait un miracle (et une bonne chose en soi), pouvons-nous sérieusement penser que cela aura une influence significative sur le processus de "dérangement" déjà engagé ???

Si les états du monde voulaient réellement enrayer l'affolement du climat, je vois deux décisions pratiques qui auraient un réel impact sur le problème:
- stopper net la déforestation (donc le commerce de bois tropical) et l'élevage industriel (polluant plus que tous les transports réunis et enlevant les céréales de la bouche des affamés), deux activités lucratives de l'industrie agro-alimentaires dont il n'est pas encore question officiellement !

Soit dit en passant, une amie journaliste scientifique m'écrit que les stockages de co2 prévus pour limiter la dispersion atmosphérique pourrait s'avérer être la fausse bonne idée du siècle!