Macron affirme, anticonstitutionnellement, que LUI SEUL est capable d'éviter un désordre en France

Canada : Feu vert au porc «vert» - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/03/2010 à 20h15 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Canada : Feu vert au porc «vert»

(Québec) Le bacon génétiquement modifié s'aproche de l'assiette des Canadiens.

Environnement Canada a autorisé le mois dernier la production de l'Enviropig, un porc «vert» né dans les laboratoires de l'Université de Guelph il y a déjà 10 ans.

Sa commercialisation ne peut toutefois être envisagée avant que Santé Canada ne donne aussi son appui.

L'Enviropig est le premier animal créé pour régler un problème environnemental.

Grâce à l'ajout d'un gène de souris, ce représentant de la race Yorkshire digère mieux le phosphore naturellement présent dans sa diète composée de grains.

Du coup, la quantité de phosphore contenue dans les déjections de l'animal transgénique diminue.

Selon les études menées depuis sa création en 1999, la baisse varie entre 30 % et 65 % par raport aux spécimens conventionnels.

Actuellement, certains producteurs de porcs ajoutent du phosphore à la ration de leurs animaux pour assurer une croissance optimale.

Ou ils ajoutent une enzyme, la phytase, pour augmenter le taux de conversion naturelle.

Ce qui entraîne des coûts supplémentaires dans un cas comme dans l'autre.

Des demandes d'autorisation en vue de la commercialisation de l'Enviropig ont été présentées l'an dernier à Environnement Canada et à Santé Canada.

La première évalue les risques pour l'environnement.

La seconde doit décider si la viande représente un danger pour la consommation humaine.

La même démarche avait été amorcée un an plus tôt avec la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, qui a autorisé en janvier 2009 la vente de sous-produits d'animaux clonés.

.../...

«Sérieux et bien fait»

Selon François Pothier, spécialiste en génétique animale de l'Université Laval, le cas du porc transgénique en est un où «la science est allée plus vite que la réglementation».

Il qualifie le travail des gens de Guelph de «sérieux et bien fait».

Mais les preuves sont longues à accumuler quand le but visé est la consommation humaine.

«Il faut toujours vérifier que le gène [ajouté] n'a pas d'effet sur d'autres gènes à côté, qu'il ne modifie pas d'autres protéines par accident», explique-t-il.

Même avec toutes les autorisations nécessaires, il reste aussi à voir si le marché voudra adopter l'Enviropig.

Pour les producteurs de porcs, ce sera essentiellement un calcul : est-ce que le nouveau cochon coûte moins cher à produire que ses prédécesseurs?

Quant aux consommateurs, ils sont nombreux à se méfier des OGM, même quand ils sont dûment aprouvés.

Steven Liss en est conscient, mais il croit que la majorité se ralliera s'il est démontré que l'Enviropig est plus économique et pollue moins.

Source : Annie Morin - Le Soleil

Pour lire la totalité de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Info recueillie par Michel95

A quand le politicien OGM sans le gène des belles promesses et celui du mensonge...?

Le point sur les OGM

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.