Canada: 2010, année de tous les malheurs pour les chasseurs de phoques - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/04/2010 à 22h31 par Phil.


CANADA: 2010, ANNÉE DE TOUS LES MALHEURS POUR LES CHASSEURS DE PHOQUES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Canada: 2010, année de tous les malheurs pour les chasseurs de phoques

------------------------Photo : Brigitte Bardot au début de sa longue bataille

"C'est un gaspillage et une catastrophe!"

Pour Réjean Vigneau, comme pour tous les chasseurs de phoques des Iles de la Madeleine, un archipel de l'est du Québec, 2010 restera comme une année noire, marquée par l'absence de glace et l'embargo européen.

"C'est impensable, c'est la première fois que cela arrive", dit Vigneau par téléphone à l'AFP, à son retour d'une brève campagne de chasse. "Les fourrures, on a dû les jeter à l'eau".

Mais il n'y avait pas d'autre solution. Les usines locales qui achetaient les peaux sont fermées, à la fois faute de demande (réduite à cause de l'embargo européen) et d'offre. "Elles n'allaient pas ouvrir pour deux ou trois mille loups marins", explique le chasseur, par ailleurs patron de la boucherie spécialisée Côte à Côte.

Car le Jean Mathieu, à bord duquel il était parti avec neuf autres chasseurs, était bien seul cette année à prendre la mer à la recherche de phoques, contre trente bateaux les autres années.

Et le phénomène n'a rien de local. La plupart des 6.000 chasseurs de phoques canadiens sont restés chez eux, sachant qu'ils n'arriveraient pas à vendre leurs prises.

A Terre-Neuve, moins de 50 bateaux participent à la campagne, contre environ 500 ces dernières années.

Pourtant, la viande et les fourrures ne sont pas les seuls produits de la chasse au phoque: l'huile, tirée de son gras, vendue en gélules, est riche en acides gras oméga-3, aux bienfaits bien connus, et le collagène provenant de sa peau est utilisé dans différents traitements naturels antidouleur et les produits de beauté.

"Le boycott européen a été dévastateur pour le secteur cette année, tout comme l'absence de glace dans le golfe du Saint-Laurent après un hiver exceptionnellement chaud", déclare Jean Richard, responsable de la protection des espèces pour le sud du Québec au ministère des Pêches.

Le Jean Mathieu a ramené 2.000 carcasses de jeunes phoques et seulement 200 de phoques adultes, dont la viande est achetée par les restaurateurs, après une chasse difficile: le golfe du Saint-Laurent n'a pratiquement pas gelé cet hiver, alors que c'est sur la banquise qu'on trouve les animaux.

"Les phoques se sont retrouvés dans le détroit de Belle-Isle, sur la côte entre le Labrador et Terre-Neuve. C'est beaucoup trop loin pour les bateaux semi-hauturiers", précise le président de l'Association des chasseurs de phoques des Iles de la Madeleine, Denis Longuépée.

"La glace était morcelée. La houle et le vent nous ont empêchés de mettre les chaloupes à l'eau", raconte M. Vigneau.

La rentabilité de l'expédition n'est pas évidente. "Nous faisons cela pour maintenir le marché" de la viande de phoque, explique le chasseur-boucher. "On a créé la demande, on veut prouver au monde que l'approvisionnement est assuré".

Selon Larry Yetman, responsable de la gestion des ressources halieutiques au large de Terre-Neuve et du Labrador, les chasseurs iraient loin pour trouver des peaux, dont le prix a doublé par rapport à l'année dernière, arrivant à 21 dollars. Mais il n'y a pas d'acheteurs.

Les déboires des chasseurs n'entament en rien la détermination des défenseurs des phoques: dans une lettre rendue publique jeudi par la Fondation Brigitte Bardot, Alain Delon demande au Premier ministre canadien Stephen Harper de mettre un terme à "l'extermination", expliquant que "la mortalité des jeunes phoques est très élevée cette année en raison du manque de glace".

Source : www.rtlinfo.be

Information sélectionnée par Phil'

Pour en savoir plus sur la situation planétaire