Bugarach le village qui résistera à la fin du monde;o) - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/08/2011 à 18h30 par Mich.


BUGARACH LE VILLAGE QUI RÉSISTERA À LA FIN DU MONDE;O)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Bugarach le village qui résistera à la fin du monde;o)

 

Le maire et les habitants du village de la Haute Vallée de l'Aude ne rient plus : de plus en plus d'illuminés viennent en pèlerinage sur le Pech, seul lieu prétendument épargné de la fin du monde en 2012...

«On va tous mourir ! » « Les extraterrestres vont venir nous prendre, ouh, ouh ! » La musique du mp3 à fond, les deux ados assis devant la mairie déserte, mettent gentiment en boîte le journaliste qui vient de s'arrêter au village. Froid glacial, rues vides, Bugarach, à peine 200 âmes, ronronne au pied du Pech éponyme, assoupi entre Noël et le jour de l'an. Mairie ? Fermée. Restaurant bar ? Fermé. Maison de la nature ? Fermée. Et prière de ne pas parler de fin du monde.

L'invasion des « ésotéristes », comme on les appelle ici, ne date pas vraiment de la semaine dernière. Mais, là, la limite de tolérance autochtone pour un accueil aimable des amateurs de théories fumeuses en Haute Vallée audoise semble avoir atteint son maximum.

Depuis quelques mois en effet, les Bugarachois assistent à une recrudescence de visiteurs de tous poils, de moins en moins des amateurs de randonnée à flanc de montagne, de plus en plus des chercheurs d'extraterrestres. La faute, entre autres, au calendrier Maya, à la fin des temps qui, forcément, approche, et, à la croisée de tout ça, à Internet.

« L'armée si besoin »

Bugarach serait en effet, selon une croyance sinon répandue en tout cas de plus en plus diffusée sur la toile, l'un des seuls, sinon le seul endroit sur Terre à être épargné lorsque surviendra, le 12 décembre 2012, (ou le 21, c'est selon), la fin du monde. Si, chez la grande majorité de nos concitoyens cette annonce fait sourire, il est au moins deux catégories qui ne rient pas : ceux qui y croient, et les Bugarachois.

Le premier d'entre eux, Jean-Pierre Delord, maire, craint en effet un remake version apocalypse now des fameux apéros facebook : « Il n'y a pas de quoi rire », déclarait-il il y a peu. « Si demain 10 000 personnes débarquent, étant une commune de 200 habitants, nous ne pourrons pas faire face. J'ai fait part de nos inquiétudes aux autorités, et je veux que l'armée puisse être là si besoin est en décembre 2012. »

 

 

Une préoccupation suffisamment tenace pour avoir été inscrite à l'ordre du jour d'un conseil municipal, début décembre. Depuis, le ras-le-bol guette. « Vous croyez pas qu'on a déjà assez parlé de ces conneries ? », tonne Thierry derrière sa moustache.

En attendant 2012, les villageois sont plus préoccupés en ce moment par deux projets : le premier de classement du site du Pech en zone protégée ; le second de fermes éoliennes à flanc de la même montagne. Ce qui ne va pas sans polémique.

Mais le phénomène a pris une telle ampleur qu'il est désormais difficile de l'ignorer. « Au début, ma clientèle était constituée à 72 % de randonneurs. Aujourd'hui, j'ai 68 % de visiteurs ésotériques », témoigne Sigrid Benard, gérante de la Maison de la nature, l'une des rares structures d'hébergement du coin.

« Ici on est sur un vortex »

Au village on peste, encore, contre ces ésotéristes qui font main basse sur les terrains agricoles, les maisons, et mécaniquement s'envoler les prix (lire ci-dessous). Chacun ici a son anecdote à raconter sur des « illuminés » qui prient nus dans la montagne ou se livrent à des rituels : « Je les ai déjà entendus en me promenant », raconte un villageois. « Ils avaient organisé un stage pour aller pousser le cri primal dans une cavité naturelle. »

Accoudée à sa fenêtre, dans le virage à la sortie du village, Jeanine Bladanet, 70 ans, semble observer l'affaire avec détachement, et même un certain dédain. Passionnée de Rennes-le-Château, de l'abbé Saunières, se présentant comme maître de conférences en égyptologie et en ufologie, elle se contrefiche des fermes éoliennes et des classements en zone protégée.

 

 

« Toutes ces histoires de calendrier Maya, de fin du monde, sont des foutaises... » Si Jeanine s'est installée là il y a 15 ans, c'est précisément en raison du caractère « tellurique » du lieu : « Regardez autour de vous : ces falaises, cette montagne, la vallée. Ici on perçoit le magnétisme de la Terre. On est sur un vortex qui puise son énergie au plus profond de la Terre et le diffuse vers les étoiles. »

On l'aura compris, la vérité est ailleurs. à Bugarach ? Rendez-vous en décembre 2012...

 

Un article de Jérôme Schrepf, publié par ladepeche.fr

 

En savoir plus : l'article du Courrier International

 

Note de l'unité carbone :
"Est-ce que ce monde est sérieux ?" (F.C.)

 

Vessies ou lanternes ? Les sacrés sondages de Terre sacrée

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de transmettre les meilleurs posts sur Facebook et autres réseaux sociaux.

 





Auteur : Jérôme Schrepf

Source : www.ladepeche.fr