Brésil : Second producteur mondial de PGM - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/05/2011 à 22h04 par Jacques.


BRÉSIL : SECOND PRODUCTEUR MONDIAL DE PGM

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

 

Titre original :
Brésil : comment il est devenu le second producteur mondial de PGM

 

Inf'OGM : Pouvez-vous nous préciser le contexte politique des OGM depuis la fin de la présidence de Lula ?

Magda Zanoni (MZ) : Apparemment, le nouveau ministre, membre du Parti des Travailleurs, n'a pas encore terminé d'organiser son Cabinet. Le responsable des Programmes en Politiques Publiques de Science et Technologie est un grand et sérieux climatologue mais il n'est pas spécialiste des OGM.

Certes, il a reçu les mouvements sociaux, mais il leur a annoncé son incompétence dans le domaine et leur a promis qu'il aura un spécialiste de la question pour s'en occuper. Le ministre, lui-même, qui est économiste, n'est pas non plus un connaisseur de la transgenèse.

Il est cependant au courant des conflits d'intérêt existants et il a affirmé qu'il s'investira bientôt.

Premier signe d'ouverture de la part du ministre : il a créé, au sein de son ministère, une direction responsable des biotechnologies qu'il a confiée à un grand botaniste, le Professeur Joly, de l'Université de Campinas. Pour nous, cette nomination va dans le bon sens.

Il vient de recevoir le groupe de membres minoritaires actuels de la Commission, qui lui a fait état de l'ensemble des irrégularités fonctionnelles et juridiques ayant lieu dans la CTNBio. C'est pour la première fois en cinq ans que des débats véritablement scientifiques ont eu lieu. Certes, on ne s'attend pas à ce que la politique favorable aux OGM change du tout au tout rapidement, mais au moins, un début de dialogue semble possible.

Pouvez-vous nous décrire la situation des OGM au Brésil ?

MZ : Au Brésil, 28 variétés génétiquement modifiées sont autorisées pour seulement trois espèces : soja, maïs et coton. 21 variétés sont des PGM tolérantes à un herbicide, et parmi elles, la plupart tolèrent le RoundUp.

Par ailleurs, le Brésil a autorisé dix vaccins issus du génie génétique pour les animaux et une levure – Saccharomyces cerevisiae, pour la production d'agrocarburant à partir de la bagasse de la canne à sucre. Il est important de souligner que pour la période 2005-2008, seulement deux OGM ont été autorisés. Nous avons analysé les demandes avec une rigueur scientifique non habituelle.

Toutefois, entre 2008 et 2010, 26 variétés ont été autorisées. Les entreprises ont exercé de fortes pressions sur la CTNBio pour accélérer l'aboutissement des dossiers.

En 2009, le Brésil est devenu le deuxième pays en surface cultivée au monde en PGM, avec 21,4 millions d'hectares. Le soja GM représente 3/4 de l'ensemble du soja cultivé ; pour le coton, la part transgénique représente un tiers ; et pour le maïs, 50%.

Actuellement, les nombreux cas de résistance des plantes ad- ventices aux herbicides ont provoqué un triplement de l'utilisation d'herbicides. Pas préoccupé, le président de la CTNBio, en pleine séance de délibération, a dit qu'il pourrait boire du RoundUp, sûr qu'il est de son innocuité sanitaire !

Monsanto exerce une pression importante sur le marché : elle voudrait augmenter sa part de semences, actuellement de 70%, à 85% du marché. Même l'association de producteurs de soja s'est prononcée contre cette avidité.

 

Pour lire la suite, cliquer sur Source ou Lien utile

 

Un article de la rédaction d'In'OGM

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

 





Source : www.infogm.org

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • PGM - 
  • Brésil