Boycottez les carburants verts : piège à cons fait pour affamer les pauvres... - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/07/2009 à 17h38 par Michel WALTER.


BOYCOTTEZ LES CARBURANTS VERTS : PIÈGE À CONS FAIT POUR AFFAMER LES PAUVRES...

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Boycottez les carburants verts : piège à cons fait pour affamer les pauvres...

Avant de partir en transhumance vers les Hautes Terres avec mon bon vieux combi VW rescapé des somptueuses années hippies, je suis allé le désaltérer à la station service. Où on m'a proposé du " e-carburant " ou une connerie comme ça. Que j'ai évidemment refusé et que je vous invite, vous aussi, à boycotter.

Très à la mode aujourd'hui, les biocarburants – qui sont tout sauf bio ! - ont apparemment toutes les vertus. Produits à partir du maïs, du manioc ou de la canne à sucre, ils réduiront notre dépendance vis-à-vis des hydrocarbures du Moyen Orient ou de la Russie.

Moins polluants que l'essence ou le fuel, ils permettront de diminuer nos émissions de gaz à effet de serre.

Belle connerie... Pour faire un litre de " carburant vert ", il faut... 1 litre de pétrole, sous forme d'engrais, de pesticides et...pour faire tourner les tracteurs !

Surtout, l'éthanol est produit par de grosses multinationales, qui agissent comme de puissants groupes de pression auprès des gouvernements. Notamment la compagnie étazunienne ADM, premier producteur d'éthanol aux Etats-Unis, qui fut un très gros financier des campagnes électorales de Bush. En France ce sont les betteraviers et les céréaliers, évidemment soutenus par la FNSEA, qui mènent la danse. Ceci pour s'engraisser une fois de plus de subventions sorties de la poche du pauvre con d'automobiliste !

La moitié de l'éthanol est produit aux Etats-Unis à partir du maïs. Or, pour fabriquer suffisamment d'éthanol pour remplir un réservoir de 4x4, il faut utiliser plus de 200 kilos de maïs. Bush avait promis que l'Amérique allait en produire cinq fois plus d'ici 2017. Résultat : alléchés par les aides fiscales, les producteurs de maïs préférent vendre leur récolte aux fabricants d'éthanol plutôt qu'aux pays pauvres dont c'est une des bases alimentaires. Obama, on t'attend sur ce problème !

Conséquence: selon les calculs de l'International Food Policy Research Institute, le prix du maïs va augmenter de 41% d'ici 2020.

D'ores et déjà, au Mexique, le prix de la farine de tortilla (fabriquée à partir de maïs importé des Etats-Unis) a plus que doublé.

Autre conséquence: le prix du manioc - nourriture de base de 200 millions d'Africains - est aussi en train de flamber (+135% prévu d'ici 2020 !). Voilà une des nombreuses formes de " l'arme alimentaire " qui manie les Zétazunis.

Moralité: les plus pauvres ne pourront plus se nourrir.

On peut pourtant produire de l'éthanol à partir de végétaux, d'herbes, de cannes, de bambou, d'arbres. Mais ce n'est pas l'intérêt des rapaces empoisonneurs de l'industrie agricole.

Il y a aussi une autre solution : produire de l'huile de colza, comme le font nombre de producteurs. Il suffit de presser les graines pour produire, directement, à la ferme, une huile qui est un excellent carburant, qui fonctionne dans les moteurs classiques et qui pollue moins. Mais cette production, décentralisée, échappe aux multinationales. Donc, le gouvernement français – comme les autres d'ailleurs – est contre et taxe ce carburant démocratique et écologique de telle sorte que le litre coûte plus cher que le gazole...

La connerie humaine est la seule approche que l'on puisse avoir de l'infini...

08 Juillet 2009 Par victorayoli