Bordeaux. Les ampoules venues de la recherche spatiale ont du mal à décoller - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/09/2009 à 19h20 par Jacques.


BORDEAUX. LES AMPOULES VENUES DE LA RECHERCHE SPATIALE ONT DU MAL À DÉCOLLER

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Bordeaux. Les ampoules venues de la recherche spatiale ont du mal à décoller

Information sélectionnée par Jacques

« Mes ampoules LED inspirées de la recherche spatiale offrent la réponse la plus avancée en matière d'économie et d'environnement pour l'éclairage public, industriel et commercial, et nous en avons déjà quelques-unes utilisables par les particuliers » affirme Hervé Finan, directeur de Luxener, qui a notamment effectué ses études au Laboratoire de micro-électronique de l'Université Bordeaux I.

Cette société de Mérignac (Gironde) commercialise des ampoules LED, autrement dit des «diodes à électro-luminescence», que Hervé Finan annonce nettement plus performantes que les autres présentes sur le marché.

« Nous sommes déjà à 100 lumens/Watt en sortie de diode et nous serons bientôt à 130. Les ampoules à incandescence sont à 11 lumens/ Watt, et les fluo compact entre 50 et 70 » compare-t-il.

En 2012 les lampes à incandescence auront disparu du marché, à la suite du Grenelle de l'environnement. Ce pourrait-être une opportunité pour ces LEDS.

Cependant, Hervé Finan déplore les difficultés rencontrées avec une absence de soutien de la part de l'Etat. « Nous n'avons pas droit au label économie d'énergie et l'Etat va jusqu'à donner des subventions à des produits concurrents qui répondent plus ou moins à la législation en vigueur puisque des enquêtes démontrent que les produits fluo compacts sont plus ou moins dangereux » attaque-t-il.

Il met sur le compte de cette absence de soutien et de subventions la nécessité de produire ses produits en Chine au lieu de lancer une fabrication en France. Il se dit même prêt à quitter la France pour les Etats-Unis ou le Canada si ses actuelles demandes d'aides au Conseil régional d'Aquitaine n'aboutissent pas.