Le sort du monde se joue en direct. Agissons sans plus tarder mais pas que pour nos pommes. Exclusif

Biomasse: le futur or noir du Haut-Saint-Maurice? - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/02/2011 à 10h45 par geof.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Biomasse: le futur or noir du Haut-Saint-Maurice?

 
(La Tuque) La profonde crise que connaît l'industrie forestière montre la pertinence de faire autrement et davantage. Réinventer les produits de la forêt afin que des communautés puissent continuer d'y vivre représente tout un défi.

C'est avec ce souci de diversifier l'économie de la forêt que la Ville de La Tuque, des forestiers du Haut-Saint-Maurice ainsi que des chercheurs de la région s'intéressent très sérieusement à la transformation de la biomasse forestière en biohuile et en biocharbon. Tous désirent passer maintenant de la parole aux actes.

(...)

Patrice Bergeron est ingénieur forestier à la Coopérative forestière du Haut-Saint-Maurice. Il est notamment le responsable d'Énergie Miti, un projet d'usine de granules de bois. Il avoue que l'exploitation industrielle de biohuile par la pyrolysation de résidus de biomasse n'est pour l'instant pas possible.

Toutefois, il voit en cette nouvelle technologie un excellent potentiel. «C'est l'avenir», dit-il. Adopter cette technologie permettrait à La Tuque de se démarquer par son innovation. «Nous deviendrions la région du Québec à développer», estime Patrice Bergeron.

Des perspectives économiques encourageantes

Les perspectives économiques de la transformation de la biomasse pourraient s'avérer très rentables pour les entreprises qui utilisent la pyrolyse rapide.

En effet, pour une tonne de résidu forestier évalué à environ 80 $, il est possible de produire environ 600 kg de biohuile estimés à 108 $, près de 200 kg de biocharbon évalué à 120 $ ainsi que 200 kg de gaz qui seront consommés par la machine. À cela peuvent s'ajouter d'éventuels crédits de carbone. Ce qui est actuellement un déchet organique devient un produit à valeur ajoutée.

Martin Dubé croit que l'avènement de cette technologie en Haute-Mauricie représente le premier pas vers une éventuelle autonomie énergétique de la région. Même s'il n'existe pas encore un marché pour les biohuiles, M. Dubé soutient que le risque d'investir dans un pyrolyseur mobile est tout de même mineur.

«Bien que le marché des biohuiles ne soit pas encore développé, nous pouvons toujours nous rabattre sur les biocharbons pour lesquels il y a déjà un bon marché», précise-t-il.

(...)

«L'installation d'un pyrolyseur mobile à la forêt d'enseignement et de recherche est donc une avenue concrète, un équipement novateur qui permettraient au Haut-Saint-Maurice de réaliser plusieurs essais d'extractibles à partir de l'écorce de certains arbres», soutient Anne Vadeboncoeur.


Un des chercheurs de l'Université de Western Ontario qui a développé le pyrolysateur mobile, Cédric Briens, explique le fonctionnement de la technologie au surintendant de l'usine John-Lewis de La Tuque, Frédérique Tremblay, ainsi qu'à Martin Dubé, chercheur au CIPP.

Martin Dubé estime que le projet de transformation de la biomasse que caressent la Ville de La Tuque, l'UQTR ainsi que des forestiers du Haut-Saint-Maurice permettra de changer l'image de l'industrie forestière auprès de la population. «Cela démontre que l'industrie fait autre chose avec la forêt. Qu'elle ne fait pas que couper des arbres», dit-il.

De la biomasse forestière de La Tuque déjà transformée

Il y a quelques mois, des résidus forestiers de la Haute-Mauricie ont été expédiés aux laboratoires de l'ICFAR afin d'être pyrolysés par la technologie de l'équipe de l'Université de Western Ontario.

Des branches de sapins avec leurs aiguilles provenant de l'École forestière et du bouleau de l'usine de la John-Lewis du Groupe Rémabec à La Tuque ont été chauffés jusqu'à une température de 600°C.

Le pyrolyseur mobile développé par l'Université de Western Ontario transforme jusqu'à cinq tonnes de résidus de biomasse par jour donnant 7000 litres de biohuile.

«C'est une huile qui est très différente de celle que l'on connaît habituellement. Elle contient beaucoup d'eau et doit être stabilisée avec l'ajout de polymère», explique le directeur de la recherche et du développement de l'ICFAR ainsi que professeur au département d'ingénierie chimique et biochimique, Cédric Briens.

Pour comprendre le procédé chimique de cette technologie, voici une petite vulgarisation. La pyrolyrolisation est la décomposition par la chaleur de matière organique. Cette opération crée des gaz, de la biohuile et du biocharbon. Le procédé brise les molécules de la matière première pour en créer d'autres avec de toutes nouvelles propriétés.

De plus, cette technologie permet aussi l'extraction d'antioxydant à partir de l'écorce de plusieurs essences d'arbres, dont le bouleau et l'érable.

Ces antioxydants sont recherchés pour leurs valeurs anticancérigènes. Une fois raffinées, les matières extraites lors de la pyrolysation peuvent être transformées en carburant, en additifs alimentaires (la biohuile est utilisée entre autres dans la fabrication de saveur artificielle de fumée et de BBQ), en produit pharmaceutique ainsi qu'en engrais. Et le marché n'en est qu'à ces premiers balbutiements.

La Tuque

Un projet de chaufferie institutionnel à partir de la biomasse forestière est présentement sur les tables à dessin à La Tuque.

La Ville désire ainsi chauffer le garage municipal, le Colisée, l'école Centrale, l'hôtel de ville, le centre social ainsi que la bibliothèque. Ces bâtiments présentent un immense avantage. Ils sont tous sur la même rue. Cette chaufferie serait similaire à ce qui a été installé à l'hôpital d'Amqui dans la Vallée de la Matapédia.
 

Pour lire l'article dans sa totalité, cliquez sur "Source" ou "Lien utile"
 

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!
 

Auteur : Gabriel Delisle

Source : www.cyberpresse.ca

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter geof
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.