Phénomènes insolites de l'atmosphère terrestre : Le mystère éblouissant des étonnants orages verts

Biodiversité : récif corallien ça chauffe ! - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/03/2010 à 15h59 par Lo.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Biodiversité : récif corallien ça chauffe !

Par son patrimoine corallien (incluant 20% des atolls mondiaux, la seconde plus grande barrière corallienne du monde en Nouvelle-Calédonie et 2 récifs double-barrière), la France occupe le 4ème rang mondial en superficie. L'état de santé des récifs coralliens est globalement satisfaisant dans les océans Pacifique et Indien, mais dégradé dans les Antilles françaises. Causes des dégradations et état des lieux issu des raports d'études du Ministère de l'environnement du développement durable.

Nouvelle-Calédonie : récifs coralliens français

Ce sont des données éloignées de la Métropole, dont les français n'ont pas ou peu connaissance :
* quinze sites récifaux français sont actuellement protégés,
* treize ayant le statut de réserves naturelles,
* deux sites reconnus comme réserve de biosphère : la réserve des Tuamotu (commune de Fakarava) en Polynésie française et,
* le site "le Grand-Cul-de-Sac-Marin" en Guadeloupe, également classé au titre de la convention de Ramsar sur les zones humides
* Les récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie ont été proposés en 2007 au classement comme bien naturel au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO.

Une action nationale

L'Initiative Française sur les Récifs Coralliens (IFRECOR: www.ifrecor.nc ), a été lancée en 1999, pour améliorer la protection des récifs coralliens français et en assurer la gestion durable.

Le gouvernement français s'est alors doté d'un comité national - s'appuyant sur des comités locaux dans chacune des collectivités d'outre-mer. Dans le cadre du Grenelle de l'environnement, il a été décidé de renforcer cette initiative, et d'engager plus fortement la France dans l'animation du réseau international de protection des récifs coralliens.

L'IFRECOR est chargée de définir et de mettre en oeuvre la stratégie nationale en faveur des écosystèmes coralliens et associés. Pour la période 2006-2010, un nouveau plan d'actions a été établi. Parmi les axes d'intervention identifiés, figure la détermination de la contribution socioéconomique des récifs coralliens.

Par ailleurs, une initiative française pour la protection et la gestion des récifs coralliens dans le Pacifique (ou Coral Reef Initiative for the Pacific - CRISP), lancée par l'Agence Française de Développement (AFD), le Fonds Français pour l'Environnement Mondial (FFEM) et le ministère des affaires étrangères en janvier 2005, rassemble des Etats développés (Australie, France, Japon, Nouvelle-Zélande, Etats-), et de nombreux petits états insulaires du Pacifique, autour de la protection et de la gestion des récifs et de leurs ressources (recherche, aménagement et développement ).

Plusieurs partenariats avec des acteurs internationaux majeurs de la gestion des récifs coralliens dansl'océan Pacifique ont été créés autour du projet CRISP.

Les causes de dégradation des récifs coralliens

Les facteurs humains de dégradation sont liées à la pression démographique et au développement non maîtrisé des zones côtières : aports sédimentaires liés à de mauvaises pratiques culturales ou forestières sur les bassins versants, eaux usées non-traitées et riches en nutriments, polluants chimiques (pesticides, hydrocarbures, sur-pêche et mauvaises techniques de pêche), remblaiement seule est prise en considération la superficie des récifs coralliens entraînant un changement de nature des récifs, dominés par les algues au détriment des coraux constructeurs.

Certains événements sont très probablement en relation avec les changements climatiques globaux, comme l'augmentation des épisodes météorologiques extrêmes, l'élévation de la température des océans, à l'origine de phénomènes de blanchissement des coraux suivis de mortalités plus fréquentes, d'explosions démographiques de prédateurs ou d'espèces invasives, ou encore l'augmentation de la concentration en CO2 dans l'eau de mer entraînant une diminution du potentiel de calcification des coraux.

De plus sur les coraux morts, peut se produire la prolifération d'une micro-algue cousine des zooxanthellles, dont l'un des principes actilfs, la ciguatoxine, se concentre sur toute la chaîne alimentaire et provoque une intoxication parfois mortelle et aux répercussions socio-économiques et sanitaires importantes : la ciguatera.

Un récif corallien ne peut plus se maintenir lorsque se cumulent en même temps pollutions, dégradations humaines et surexploitation des ressources avec une plus grande fréquence des catastrophes naturelles.

.../...

Réaction en chaine

.../...

La situation des récifs dans les collectivités d'outre-mer françaises

.../...


Pour lire la suite de l'article, cliquer sur "lien utile"


Source : Durableo - www.ifrecor.nc

Info sélectionnée par Lo

SOS-planete

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Lo
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.