Julien Doré - Nous (Clip officiel) - Extrait de l'album Aimée - Génial !

Biodiversité : la vie, grande oubliée - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 07/04/2012 à 12h06 par geof.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Biodiversité : la vie, grande oubliée

 
Point n'est besoin de longues démonstrations pour établir le constat qu'en France, parmi les diverses préoccupations des défenseurs de l'environnement, la biodiversité arrive en queue de peloton, très loin derrière le réchauffement climatique, les questions énergétiques, le traitement des déchets ou encore les OGM.

Cette situation est paradoxale si l'on veut bien se souvenir que l'écologie, à l'origine, n'est pas « la défense de l'environnement », mais la branche des sciences de la vie qui étudie les relations des êtres vivants entre eux et avec leur environnement ; et aussi que les combats pour la biodiversité furent parmi les premiers des mouvements écologistes naissants.

En décembre 2011, la candidate écologiste a visité un centre de soins pour oiseaux sauvages et s'est émue de la disparition du Milan royal, victime comme tant d'autres d'empoisonnements par le déversement dans la nature de raticides dévastateurs.

Les articles les mieux intentionnés ont alors éprouvé le besoin d'expliquer pourquoi « une candidate Verte qui s'intéresse aux oiseaux n'est pas tombée sur la tête ».

Qu'il soit nécessaire de le préciser laisse songeur. Ou plutôt, épouvanté.

Effarant constat : après quatre ou cinq décennies de combats écologistes, la protection de la biodiversité reste pour nos concitoyens un combat au mieux folklorique, amusant et puéril, au pire stupide et nocif, cherchant à donner à la faune et à la flore la primauté sur l'humain.

Ce mal - car c'en est un, nous y reviendrons - est peut-être franco-français.

Notre pays, éternel bastion de la chasse, persiste dans une relation conflictuelle avec l'animal, ce en quoi il se garde bien, curieusement, de suivre le modèle allemand - sacro-saint dans d'autres domaines - ou celui d'autres de ses voisins, qui par exemple s'accommodent fort bien de la présence d'ours ou de loups sans être devenus des contrées « arriérées ».

Ce mal est sans doute, avant tout, le résultat d'une profonde ignorance de l'écologie, prise ici dans son premier sens. Ignorance de la richesse du vivant, qu'on imagine apanage de « la forêt vierge », de la savane de nos documentaires du dimanche ou des récifs de corail.

Ignorance du fonctionnement en réseau de tout peuplement vivant.

Ignorance des liens infiniment complexes qui unissent les communautés vivantes à leurs habitats.

Inconscience de l'ampleur de la crise écologique, faute de connaître la biodiversité qui nous entoure, d'être capable de l'observer, et donc, d'en constater l'affolant déclin.

Inconscience, enfin, du million de liens qui unissent irrémédiablement l'homme aux écosystèmes en une communauté de destins, une communauté de survie.

(...)
 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Cyrille Frey, publié par Libertepolitique

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Cyrille Frey

Source : www.libertepolitique.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter geof
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.