Biodiversité : la surpêche continue d'éradiquer les thons - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/07/2011 à 13h52 par Kannie.


BIODIVERSITÉ : LA SURPÊCHE CONTINUE D'ÉRADIQUER LES THONS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Biodiversité : la surpêche continue d'éradiquer les thons

 

Sur huit espèces de thon, pas moins de cinq sont aujourd'hui en danger d'extinction. Pour l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), il est ainsi plus qu'urgent de lutter contre la surpêche.

Les espèces plus particulièrement concernées sont : le thon rouge du sud évalué "en danger critique d'extinction", le thon rouge d'Atlantique et de Méditerranée classé "en danger", le thon obèse considéré comme "vulnérable", le thon jaune albacore et le thon germon qui sont tous deux "quasi menacés".

Toutes les espèces de thon rouge "sont susceptibles de s'effondrer en raison de la pression de la surpêche continue, et c'est déjà le cas essentiellement pour le thon rouge du sud, avec peu d'espoir de rétablissement", précise Kent Carpenter, directeur de l'unité biodiversité marine de l'UICN et co-auteur de l'étude publiée jeudi dans le magazine "Science".

L'UICN recommande donc de fermer la pêche "jusqu'à ce que les stocks se soient reconstitués à des niveaux sains."

"Si aucun changement n'est apporté aux pratiques de pêche actuelles, les stocks de thon rouge de l'Atlantique risquent de s'effondrer aussi car il y a peu de signes de reconstitution de la population après une réduction significative dans les années 1970", a-t-il précisé. Malheureusement, ces poissons ont une forte valeur économique, tout particulièrement au Japon où il représentent un mets très recherché. Cela explique, en partie, les difficultés pour parvenir à un accord sur une limitation beaucoup plus stricte des quotas de pêche.

Ces données "aideront considérablement les gouvernements à prendre des décisions susceptibles de sauvegarder à l'avenir ces espèces" espère l'UICN, qui publie cette étude à la veille de l'ouverture, lundi, de la troisième réunion conjointe des Organisations régionales de gestion de la pêche des thonidés à La Jolla (Californie).

Lors d'un précédent sommet de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore (CITES), l'interdiction du commerce international du thon rouge d'Atlantique et de Méditerranée n'avait finalement pas été votée. Les lobbyistes japonais avaient alors eu une influence notable.

Espérons, cette fois-ci, que l'étude de l'UICN aura un impact sur les conclusions du sommet.
 

Un article de Alicia Muñoz, publié par Bioaddict

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Alicia Muñoz

Source : www.bioaddict.fr