Elon Musk présente son singe, capable d'écrire sous la dictée d'une puce greffée dans son cerveau!

Biocombustible: coques de noix et noyaux de cerises - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/06/2010 à 19h29 par Lo.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Biocombustible: coques de noix et noyaux de cerises

La société Biocom Energy recycle des coques noix sous forme de bûches possédant un fort pouvoir calorifique.

Dans son bureau de Paudex (Suisse), face au lac, Edouard Le Bourgeois présente une coupelle dans laquelle reposent des dizaines de coques de noix. Juste à côté, une «briquette» – une sorte de petite bûche, réalisée à partir de ces résidus broyés et compressés.

«Depuis plusieurs années, j'avais la volonté de lancer un projet dans le développement durable à travers la valorisation de la biomasse», explique l'entrepreneur qui a passé douze ans chez Nespresso. C'est chose faite. Edouard Le Bourgeois a lancé la société Biocom Energy qui recycle des coques de noix sous forme de biocombustible solide.

A quoi servent ces bûches d'un nouveau genre? Elles alimentent cheminées, poêles et barbecues. «Elles se substituent au bois et au charbon de bois, précise Edouard Le Bourgeois. L'avantage de ces bûchettes réside dans leur très fort pouvoir calorifique, à savoir 6 kWh au kilo. La chaleur dégagée par le bois lors de sa combustion est évaluée à environ 5 kWh au kilo.»

Les principaux producteurs de cerneaux, de poudre ou d'huile de noix se trouvent en France, en Espagne, en Italie ainsi qu'en Suisse. En 2008, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, on comptait une production mondiale de 1,7 million de tonnes de noix.

Plus de la moitié des noix produites en Europe sont exportées, généralement vers les pays d'Europe de l'Est pour y être décortiquées. Biocom Energy s'y fournit en coques de noix où elle s'est associée à une société moldave, spécialisée dans le recyclage de papier et de carton qui se charge de la transformation en briquette.

Les coques sont triées, séchées et broyées selon une certaine granulométrie puis passées dans une presse. Celle-ci peut produire jusqu'à 60 tonnes de bûches par mois. Mais pour l'instant, Biocom Energy qui a lancé son activité commerciale il y a trois mois, produit environ 20 tonnes mensuelles en Moravie où deux personnes ont été engagées.

Edouard Le Bourgeois prévoit déjà de lancer d'autres bûches à base de sarments de vigne et étudie également la possibilité de réaliser des briquettes à partir cette fois de noyaux d'olives, de cerises et d'abricots.

SOS-planete

Auteur : Ghislaine Bloch

Source : www.letemps.ch

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Lo
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.