Sas de décontamination : Vous devez y rester 5 secondes au minimum et 9 minutes au maximum (vidéo)

Bactéries, l'union sacrée depuis l'aube de la vie - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 31/03/2010 à 22h08 par laurence.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Bactéries, l'union sacrée depuis l'aube de la vie

Particules élémentaires, virus, curiosités atomiques, bactéries ou nanotubes... Le dernier numéro hors-série de Sciences et Avenir propose une promenade dans tous les recoins de l'infiniment petit... Voici un échantillon de ces mystères de l'invisible: la capacité des bactéries à s'associer en microcolonies, ou biofilm : un collectivisme qui a donné de l'oxygène à la planète mais dont on découvre aujourd'hui les dangers pour notre santé.

Lire aussi un extrait de l'entretien avec Etienne Klein sur l'origine de la matière ici

Quelle différence y a-t-il, quant à leur origine, entre l'oxygène de l'air, la plaque dentaire, la maladie du légionnaire, certaines maladies nosocomiales, la concentration des minerais et même l'érosion des montagnes ? Ou encore les bio-salissures sur les coques de bateaux et les concrétions dans les tours aéroréfrigérantes des centrales nucléaires? Aucune. Tous ces phénomènes sont le résultat de l'inlassable travail d'êtres microscopiques – algues bleues, bactéries de tout poil, amibes, champignons et, aux dernières nouvelles, virus qui, se fixant sur un substrat inerte ou vivant, s'organisent en une multitude de microcolonies abritées dans une matrice gélatineuse. L'étude de ces écosystèmes microbiens apparaît, de plus en plus, comme la «vraie» microbiologie.

L'un des pionniers en la matière, John William Costerton, de l'université du Montana, a baptisé «biofilm» cette «union qui fait la force» des infiniment petits du monde vivant. Ces êtres, que l'on imagine volontiers individualistes forcenés, flottant dans le milieu comme plancton dans la mer, vivent au contraire le plus souvent sous une forme collectiviste. «Les bactéries ne travaillent jamais seules. Elles collaborent», constate le géophysiologiste hollandais Peter Westbroek.

L'invention du vivre-ensemble

Schématiquement, la constitution d'un biofilm est une valse à quatre temps. Premier temps: des bactéries planctoniques, souvent munies d'un flagelle leur permettant de se mouvoir, rencontrent par hasard un support, par exemple la coque d'un bateau. Les forces électrostatiques les y attachent de façon précaire. Deuxième temps: les bactéries se débarrassent de leur flagelle devenu inutile et, au fil des minutes, le lien avec le substrat se renforce jusqu'à devenir irréversible. Troisième temps: sédentarisés, les microorganismes, désormais hérissés de pili, sortes de poils moléculaires favorisant leur agglutination, se divisent, créant une multitude de microcolonies. Quatrième temps: les colonies secrètent des polymères extracellulaires contenant des sucres comme le glucose, le galactose, etc., qui les enchâssent. Epaisseur: de quelques micromètres au millimètre. Un biofilm est né. Peuvent y prospérer simultanément plusieurs espèces différentes. Jusqu'à cinq cents dans la plaque dentaire!

Pionnières pour la production d'oxygène sur Terre

Le phénomène n'est pas nouveau, il perdure ici-bas depuis l'aube de la vie. Voici plus de 3 milliards d'années, alors que la biosphère ne compte encore – et pour longtemps! –, que des êtres unicellulaires sans noyau, des procaryotes, descendants directs de Luca (Last Unicellular Ancestor), des cyanobactéries, ou algues bleues, acquièrent la photosynthèse. Grâce à la chlorophylle, elles peuvent désormais utiliser l'énergie solaire pour transformer le gaz carbonique en sucres. L'opération se solde par la production d'un déchet toxique pour la vie naissante: l'oxygène.

.../.....

Les constructions des bactéries

En matière de géo-ingénierie, l'action des microbes ne s'est pas arrêtée là. Sitôt sorties de l'océan sous la poussée de la tectonique des plaques, les roches qui constituent les montagnes sont soumises à l'érosion. Elles finissent par revenir à l'océan sous forme de sédiments. Et tout recommence... Longtemps, les géologues ont professé que ce cycle des roches était dû à la seule action combinée des précipitations, du vent, du gel et des glaciers. C'était oublier la main invisible de la vie sous sa forme la plus modeste: les microorganismes.

.../......

Les antibiotiques mis en échec

1976 marque un grand tournant dans la prise de conscience de l'importance médicale de ces associations de bactéries. Stupeur et tremblements, 182 des 4.400 anciens combattants de l'American Legion réunis cette année-là en congrès à Philadelphie sont simultanément touchés par une pneumonie sévère.

.../....


Pour lire la suite de l'article cliquer sur lien utile

Source : sciencesetavenir.fr

Information recueillie par Laurence

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

      

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter laurence
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.