Bactérie Xylella : les agriculteurs italiens ne veulent pas couper leurs oliviers - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/05/2016 à 14h35 par Jacky.


BACTÉRIE XYLELLA : LES AGRICULTEURS ITALIENS NE VEULENT PAS COUPER LEURS OLIVIERS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Bactérie Xylella : les agriculteurs italiens ne veulent pas couper leurs oliviers

 

La seule région européenne touchée par la bactérie Xylella refuse de couper ses oliviers malades, seule solution selon l'Union européenne pour confiner la bactérie pathogène au sud de l'Italie. Reportage.

CENTENAIRES. C'est un cri du coeur. "Ils ne couperont pas nos arbres". Les yeux embués de larmes, l'octogénaire Francesco Catrignano pose devant son olivier dont les branches sommitales ont présenté au printemps 2015 les brûlures caractéristiques de l'action de Xylella fastidiosa. L'arbre est l'un des premiers en Europe à subir l'attaque d'une bactérie qui fait des ravages dans toutes les Amériques. Son voisin Oronzo Maiorano a lui aussi constaté l'attaque bactérienne.

Et le fait d'avoir converti son oliveraie en bio n'a été d'aucun secours pour Franco d'Arpe. Ces trois agriculteurs du gros bourg rural de Torchiarolo près de Brindisi ont reçu en octobre 2015 un courrier leur ordonnant de couper tous leurs arbres dans un rayon de 100 m autour de l'olivier malade. "Ceux qui ont plus de cent ans, j'en ai hérité, les autres, c'est moi qui les ai planté" s'émeut Francesco Catrignano qui aurait dû abattre cet hiver 300 de ses oliviers.

 

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Une actualité de Loïc Chauveau,
publiée par sciencesetavenir.fr
et relayée par Demain l'Homme
ex SOS-planete

 

 

Catastrophe écologique sans précédent,
la "Peste de l'olivier" : l'Italie tremble
pour son or vert

Un écolo gagne les
élections contre l'extrême-droite
;
Laurel et Hardy ont décidé de
vendre la France

TAFTA - Le traité
transatlantique
, une sacrée honte
pour la
démocratie !

Pour que pousse la petite graine

 

 

 

 

 

 





Auteur : Loïc Chauveau - sciencesetavenir.fr