Avatar n'est pas une affabulation - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/01/2010 à 02h49 par Michel WALTER.


AVATAR N'EST PAS UNE AFFABULATION

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Avatar n'est pas une affabulation

Article sélectionné par le Mich

Le réalisateur James Cameron a reçu avant-hier le Golden Globes Award pour son film ‘Avatar'. Il a évoqué l'une des idées centrales du film dans son discours de remise du prix.

'Avatar nous montre que tout est lié, les êtres humains les uns aux autres et chacun de nous à la terre.'

Pourtant, l'histoire futuriste d'une tribu indigène vivant en harmonie avec la nature et confrontée à la décimation de sa communauté et à la destruction de ses terres ancestrales par des envahisseurs agressifs n'est pas qu'une fable fantaisiste.

Comme les Na'vi du film, les derniers peuples indigènes du monde – de l'Amazonie à la Sibérie – sont également en danger d'extinction, leurs terres sont spoliées par de puissants intérêts pour des raisons lucratives telles que la colonisation ou l'exploitation forestière et minière.

Comme les Na'vi, les peuples indigènes subissent la discrimination d'un monde qui pense qu'ils sont primitifs et attardés parce qu'ils n'aspirent pas au mode de vie des pays industrialisés et choisissent souvent, comme ils le font depuis des millénaires, de ne dépendre que de leur environnement naturel pour survivre.

Tout comme pour les Na'vi qui décrivent la forêt de Pandore comme ‘leur tout', pour la plupart des peuples indigènes, la vie et la terre ont toujours été profondément liées.

De nombreux peuples indigènes croient qu'une attitude respectueuse à la terre est essentielle à sa préservation. Tandis que la glace fond, que les océans montent, que les forêts brûlent, que les écosystèmes sont endommagés sans espoir de réparation, il est ironique de constater que les peuples qui en sont les plus avertis sont les plus menacés, comme les Jarawa, qui habitent les dernières forêts vierges du monde dans les îles Andaman.

James Cameron a ajouté: ‘Le génie du cinéma est que vous pouvez apprécier le miracle d'un monde que nous avons ici sans avoir à parcourir quatre années lumières et demi pour atteindre une autre planète'.

L'un des meilleurs moyens de protéger le ‘miracle' du patrimoine naturel du monde est de garantir les droits territoriaux des peuples indigènes.

Publié par lapressegalactique.com

Pour en savoir plus sur la situation de la Terre