Théo Jansen, "le sculpteur du vent", maître de l'art cinétique. De la pure magie ! (Brève vidéo)

Aux USA, la sécheresse exacerbe la compétition pour l'eau entre agriculture et énergie - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/09/2012 à 17h02 par mich.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Aux USA, la sécheresse exacerbe la compétition pour l'eau entre agriculture et énergie

 

La sécheresse qui sévit cet été aux États-Unis rappelle aux Américains que leur recherche d'indépendance énergétique se fait au prix de beaucoup d'eau. Les conflits se sont multipliés ces deux derniers mois entre les secteurs de l'agriculture et de l'énergie, la pénurie d'eau obligeant ce dernier à réduire ses ambitions.

« Est-ce que la sécheresse sera responsable de la prochaine panne de courrant ? ». Cette tribune publiée dans le New York Times cet été s'inquiète de la vulnérabilité de la production énergétique quand l'eau vient à manquer. « Toutes consommations confondues, nous utilisons plus d'eau pour le secteur de l'énergie que pour l'agriculture », souligne l'auteur, un chercheur de l'Université du Texas. La recherche de l'indépendance énergétique américaine demande en effet de l'eau, beaucoup d'eau. De la fracturation hydraulique à la production de biocarburants, la pression sur les ressources en eau destinées à l'énergie s'est accrue depuis une dizaine d'années.

La production de carburants non conventionnels demande en particulier des milliers de mètres cubes d'eau. Pour les schistes bitumineux, il faut compter entre deux et quatre barils d'eau pour produire un baril de brut ; les sables devant en effet décanter dans l'eau pour libérer le pétrole. Les États-Unis produisent plusieurs millions de barils de ce pétrole par jour, nécessitant autant de dizaines de millions de barils d'eau.

Mais c'est surtout la production de gaz de schiste qui a posé problème cet été. Plus de 500 000 puits ont été forés en dix ans dans tout le pays. Or, chaque fracturation nécessite l'injection sous pression de 15 à 20 000 m3 d'eau, un puit pouvant être fracturé une dizaine de fois.

Face au manque d'eau, des villes ont interdit la fracturation hydraulique

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Magali Reinert, publié par novethic.fr

 

Afficher la Source

 

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Magali Reinert

  • Lire les commentaires
  • Modifier cette actualité
  • Contacter mich
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.