Au secours, la terre disparaît ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/10/2011 à 18h21 par Fred.


AU SECOURS, LA TERRE DISPARAÎT !

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Au secours, la terre disparaît !

 
Partout, les terres s'épuisent. Et risquent de ne plus pouvoir nourrir l'humanité.

En cause : l'érosion des sols, liée aux productions intensives, le déclin de la biodiversité ou des vers de terre, accéléré par l'usage massif de la chimie, ou encore la progression inexorable du béton des villes et des routes qui stérilise à jamais notre bonne vieille glèbe.

Aux États-Unis, de nombreuses études lancent l'alarme : la disparition des terres arables pourrait être irréversible. En France, on cherche encore à évaluer le phénomène, sans trop se presser. Enquête.

« C'est un problème plus grave encore que le réchauffement climatique », prévient Daniel Nahon, professeur de géosciences à l'université Paul-Cézanne d'Aix-en-Provence.

La qualité des sols agricoles se dégrade. Au point, selon certains experts de mettre en cause la capacité à nourrir les humains. « Les sols s'érodent, se dégradent, perdent de leur fertilité, poursuit le chercheur.

On considère à tort qu'ils vont produire éternellement. Mais, un jour prochain, on n'observera pas seulement une chute de la productivité, mais une non-production. »

Aux États-Unis, de nombreuses études analysent le problème. Dix millions d'hectares de terres arables sont détruits et abandonnés chaque année dans le monde à cause de pratiques agricoles non soutenables, décrit David Pimentel, professeur à l'université Cornell aux États-Unis et spécialiste des sols. 0,5 % des terres cultivables disparaissent tous les ans, l'équivalent d'un cinquième du territoire français.

« À cause de l'érosion, près d'un tiers des terres arables sont devenues improductives, et la plupart ont été abandonnées d'un point de vue agricole, ces quarante dernières années », explique David Pimentel dans un article qui compile plus d'une centaine d'études et de rapports sur le sujet.

La terre, une ressource non renouvelable

Or pour nourrir la population mondiale grandissante, il faudra doubler la production agricole dans les prochaines décennies. Une impossible équation.

« Aujourd'hui, 0,27 hectare est disponible par personne (2700 m2). Dans quarante ans, à cause de la perte de terres et de l'augmentation de population, il restera seulement 0,14 hectare par personne », souligne une étude à laquelle a participé David Pimentel. Soit tout juste 1/6ème de terrain de foot.

(...)

Où sont passés les vers de terre ?

En France, rares sont ceux qui tirent la sonnette d'alarme.

Parmi eux, Lydia et Claude Bourguignon, fondateurs du Laboratoire d'analyse microbiologique des sols (Lams), spécialisé dans les techniques de préservation des sols agricoles.

Selon ces agronomes, l'agriculture intensive a détruit près de 90 % de l'activité biologique dans certains sols cultivés en Europe.

(...)

Comment en est-on arrivé là ? Les labours trop profonds entraînent une baisse de la qualité et de la quantité de la matière organique en surface, perturbent la faune et exposent les sols à l'érosion. L'emploi excessif d'engrais chimiques et du désherbage exterminent faune et bactéries.

Et les cultures intensives, lorsque toute la plante est utilisée, y compris la tige et les feuilles, privent les sols de la matière organique qui les alimente. L'absence de haies ou de cultures « de couverture », qui protégeaient les sols, favorise l'érosion. Leur lessivage entraîne la mort chimique.

(...)

Autre conséquence : le « déclin biologique » des sols. Un hectare de terre fertile contient en moyenne 1,7 tonne de bactéries, 2,7 tonnes de champignons, selon les études états-uniennes. Et une tonne de vers de terre, qui par leurs mouvements brassent une masse considérable de glèbe.

(...)

Coût de l'érosion : 400 milliards de dollars par an

À cela s'ajoute l'irrigation, qui sale les sols, la contamination par des métaux lourds, ainsi que le tassement par l'utilisation de machines de plus en plus lourdes, qui peuvent endommager tout l'écosystème.

(...)

En France, pas de statistiques solides

(...)

Peut-on « réparer » les sols ?

(...)

Sortir du néolithique sans passer par les OGM

(...)

Pour lire la totalité de l'article, cliquer ici

 

Un article de Basta!, publié par notre-planete.info

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Agnès Rousseaux et Basta!

Source : www.notre-planete.info