Européennes : le candidat François Asselineau de l'UPR serait-il le gourou d'une secte fasciste ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/02/2019 à 08h09 par colibrix.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Européennes : le candidat François Asselineau de l'UPR serait-il le gourou d'une secte fasciste ?

 

Publié le 12 mars 2017 et mis à jour le 09 mai 2019

 

Dernière minute : suite à la parution -il y a une semaine- de notre article -lu à ce jour par près de 735.000 visiteurs- les médias "traditionnels" ont fortement réagi (voir la revue de presse d'hier en pied de post).

 

Tous nos articles sont corrigés au fur et à mesure par les membres de notre réseau internet. Vous pouvez y participer. Tout soutien bienvenu à quel que niveau que ce soit ! Merci - sos-planete(at)terresacree.org

 

 

Sache, bel enfant de la Vie, lorsque tu marches dans une rue, qu'un seul de tes millions de sourires possibles est capable de chasser toute la tristesse du monde. Mich

 

Un homme bien informé et qui vérifie ses informations avec un peu de bon sens vaut plus qu'un troupeau de moutons noirs se jetant dans le premier précipice venu

 

Non à l'UPR (1) de François Asselineau !

 

 

(1) UPR = Union Populaire Républicain

 

 

Note préliminaire de la rédaction de Demain l'Homme : il y a plus de 2 ans, un adhérent de l'UPR, le parti politique de François Asselineau, nous a convaincus de présenter dans notre fil d'info ce mouvement presqu'inconnu des Français.

Convaincu par cette personne de nos relations proches, nous avons ainsi publié un long post illustré concernant François Asselineau. Ainsi, certains d'entre vous ont pu prendre connaissance des idées défendues par ce petit candidat, que l'on croyait victime de la Grand'Presse.

 

 

Seulement voilà, Fred, notre lanceur d'alerte belge, nous a prévenu que ce candidat sentait le soufre. Ainsi avons-nous mené notre enquête, en long, en large et en travers pour en venir à la conclusion que François Asselineau n'était pas ce qu'il prétendait être, mais plutôt le gourou d'un nouveau type de secte, prêchant la "théorie" du complot et le lavage de cerveau, puis proposant dans la foulée le "prêt à penser" pour toute personne un tant soit peu influençable et désorientée, voire stressée, par les événements sociaux que nous sommes en train de vivre en France et sur toute la planète

 

 

Lire à ce sujet l'article de Michel Walter : Manipulation de l'opinion : Quelle vérité fondamentale est dissimulée par la "théorie" du complot ?

 

Le post, dont nous avons honte maintenant, a bien sûr été aussitôt jeté à la poubelle et n'est désormais plus accessible dans notre Base De Données de 35.000 pages à ce jour.

 

 

Pardon donc à nos 105.000 visiteurs quotidiens ! Sur ce coup, nous avons manqué de vigilance et peut-être même de bon sens !!! Bref nous nous sommes fait berner et nous nous en excusons.

Pour nous racheter, nous publions aujourd'hui l'article synthétique suivant afin de restaurer la vérité sur ce trouble parti qui cherche manifestement à s'emparer de la République Française au nom d'un égo surdimensionné et au moyen d'une belle maîtrise des phrases lobotomisantes. MAIS IL N'EST EVIDEMMENT PAS LE SEUL, vous le savez !

 

Voici donc l'article publié
sur un des blogs de
Mediapart

 

 

Voici quelques années, le "souveraino-populo-républico-facho" Asselineau a ouvert un blog Médiapart. Certes, il en a tout à fait le droit. Cependant, outre que ses billets sont volontairement fermés aux commentaires ce qui ne prouve pas une réelle ouverture d'esprit et de débat, son introduction au sein du "Club" sent donc plutôt l'opération de communication à la sauce prédicateur

 

 

Beaucoup de "médiapartiens"
s'en sont émus et ont
légitimement réagi

 

 

Pourquoi il ne faut pas adhérer à l'UPR ?

 

L'énarque François Asselineau, président du mouvement souverainiste Union populaire républicaine (UPR) débarque à Lyon, dans le cadre de la tournée qu'il mène actuellement à travers toute la France pour recruter de nouveau ses troupes.

 

 

 

L'UPR un mou­ve­ment sou­ve­rai­niste qui ratisse large

 

 

(...)

Conformément à sa poli­ti­que de recru­te­ment tous azi­muts, ce groupuscule se pré­tend «ni de droite ni de gauche», la lutte contre l'Union européenne (UE) étant selon lui la prio­rité abso­lue devant laquelle doi­vent s'effa­cer tous les cli­va­ges.

Comme beau­coup de mou­ve­ments s'auto-pro­cla­mant «dis­si­dents» voire «résis­tants», l'UPR se réfère à la Résistance fran­çaise pour jus­ti­fier la mise en silence du cli­vage gauche-droite le temps de vain­cre ce nouvel ennemi que serait l'UE, la Résistance ayant eu des com­po­san­tes droi­tiè­res tout autant que gau­chis­tes.

 

 

L'UPR tient ainsi dans sa charte une rhé­to­ri­que très gaul­liste : «libé­ra­tion natio­nale», «redres­se­ment de la France». Pourtant ce genre d'orien­ta­tion souf­fre d'un ana­chro­nisme patent, les deux pério­des n'étant pas vrai­ment com­pa­ra­bles et l'UE n'étant pas, quoi qu'on en dise, le 3e Reich. D'ailleurs, le cli­vage gauche-droite par­cou­rait l'ensem­ble de la Résistance fran­çaise, particulièrement dans le cadre de l'oppo­si­tion entre com­mu­nis­tes et gaul­lis­tes.

 

 

Une idéo­lo­gie réac­tion­naire

 

Cela n'empê­che pas Asselineau, qui est pour­tant assez peu com­pé­tent en la matière si l'on écoute un tant soit peu ce qu'il en dit, de donner des «cours d'his­toire» déve­lop­pant le mythe de la «France éternelle», vieille antenne de l'extrême droite, au cours des­quels il traficote une "historiographie" pro­fon­dé­ment réac­tion­naire : mise en avant de «nos ancê­tres les Gaulois» comme des «pre­miers Français» et des pre­miers «résistants» à l'inva­sion étrangère (sui­vant une his­to­rio­gra­phie très «3e République»), ou bien une his­toire des 19e et 20e siècle, axée sur la valorisation de la nation-fran­çaise-que-tous-les-peu­ples-du-monde-envient, dans laquelle n'appa­raît ni l'affaire Dreyfus, ni le Front Populaire, ni la guerre d'Algérie (au contraire, la colo­ni­sa­tion a bien entendu eu des aspects posi­tifs) ni Mai-68.

 

Pour Terre sacrée

sortir de l'Europe est stupide

 

Des oublis idéo­lo­gi­que­ment significatifs, puisqu'ils ont tous trait à l'his­toire de la gauche et du mou­ve­ment ouvrier. Et quand il n'oublie pas d'en parler, Asselineau réé­crit cette histoire : ainsi, il ne parle de la Commune de Paris qu'en tant que mou­ve­ment patriote de résis­tance à l'inva­sion étrangère. Tout ceci pour en arri­ver à la conclu­sion que le nouvel ennemi venu de l'étranger qu'il fau­drait abat­tre serait l'«empire» européen.

 

 

Cette vision trans­pa­raît aussi à la lecture de la charte de l'UPR, qui pré­tend réta­blir la «sou­ve­rai­neté» natio­nale et «redon­ner à la France sa vraie personalité», tout en ne disant rien sur le rôle fon­da­men­tal des Etats-nations dans la cons­truc­tion européenne et la com­pli­cité de leurs gouvernements dans la mise en place des poli­ti­ques ultra­li­bé­ra­les et destructrices de ser­vice publics certes déci­dées au niveau euro­péen, mais qui vont par­fai­te­ment dans le sens des poli­ti­ques vou­lues par les gouvernements de chaque état, et ce depuis de lon­gues années.

 

Enfin, il ne faut pas oublier qu'Asselineau a conseillé plu­sieurs gouvernements français au moment où ils détrui­saient les droits sociaux et les services publics que le petit candidat prétend aujourd'hui défendre

 

 

Des sym­pa­thies extrêmes droitières très mar­quées

 

Car si on revient sur le par­cours politique d'Asselineau, il devient évident que cet homme est de droite, et même issu de la droite dure : sorti d'HEC et de l'ENA, il a occupé des postes de direc­teur de cabi­net auprès de ministres du gou­ver­ne­ment Juppé, cas­seur de retrai­tes et de sécu de 1995-1996, avant de rejoin­dre en 1999 le RPF de Philippe de Villiers et Charles Pasqua.

Entre 2000 et 2004, il occupe des postes impor­tants de conseillers aux côtés de Pasqua, alors pré­si­dent du Conseil géné­ral des Hauts-de-Seine. Toujours avec le même, alors allié à Jean Tibéri il se pré­sente (et est élu) sur une liste de droite dis­si­dente aux muni­ci­pa­les pari­sien­nes de 2001.

 

 

C'est sans étonnement qu'on le voit nommé par Nicolas Sarkozy le 20 octo­bre 2004 à la tête de la direc­tion géné­rale à l'intel­li­gence économique à Bercy, et tra­vaille alors en étroite col­la­bo­ra­tion avec Jean-Pierre Raffarin, autre grand cas­seur de droits sociaux s'il en est.

Il finit par être mis sur la touche par Sarkozy en raison de ses prises de posi­tion en faveur du protectionnisme, ce qui lui permet depuis de se prévaloir d'un brevet d'anti-sarkozysme censé lui donner une respectabilité progressiste.

 

 

Mais ne nous y trom­pons pas, et continuons : fin 2004, Asselineau rejoint l'UMP. Mi-novem­bre 2008, il rejoint pour trois mois le comité directeur du RIF (Rassemblement pour l'indé­pen­dance de la France), un mou­ve­ment sou­ve­rai­niste situé à l'ultra-droite, puis fonde l'UPR en 2007. Lors des muni­ci­pa­les qui suivent, il se pré­sente dans le 17e arrondissement de Paris contre Françoise de Panafieu.

Les inter­ven­tions média­ti­ques d'Asselineau, ainsi que le choix de cer­tains lieux pour­tant répu­tés d'extrême droite pour donner des confé­ren­ces, achè­vent de le clas­ser dans le champ poli­ti­que : notre énarque a ainsi donné une conférence chez les sora­liens mar­seillais de la Cobema, mais aussi chez Serge Ayoub (dit «Batskin», le leader des bone­heads pari­siens), soi-disant «à l'insu de son plein gré» (bien que la confé­rence ait duré quatre heures et se soit dérou­lée dans une ambiance très cor­diale sinon sym­pa­thi­que, aux dires de plu­sieurs témoins).

Il est aussi inter­venu sur la radio cons­pi­ra­tion­niste (1) parisienne "Ici et Maintenant" à l'invi­ta­tion de l'ani­ma­teur d'extrême droite Pierre Jovanovic.

 

 

Asselineau dégage !

 

Quelques mots pour finir sur l'invi­ta­tion d'Asselineau à Radio Canut : ce n'est pas la pre­mière fois que notre homme tente de se faire invi­ter ou se fait inviter par des radios de gauche, sinon alter­na­ti­ves. Ce genre d'invitations lui ser­vent de cau­tion contre les mau­vai­ses lan­gues qui auraient l'audace de le dénoncer comme un personnage d'extrême droite.

 

 

Ainsi, alors que l'UPR a été mis en cause sur le site d'information libre HNS-Infos pour avoir tenté d'infil­trer le mou­ve­ment des «Indignés» pari­siens, François Asselineau a opposé sur Facebook l'invi­ta­tion à Radio Canut.

Quand un sou­ve­rai­niste ultra­na­tio­na­liste joue un média libre contre un autre média libre pour s'auto-décerner un brevet de «résis­tant», il y a un pro­blème. Nous ne pou­vons donc que nous féli­ci­ter de la déci­sion prise par Radio Canut d'annu­ler cette invitation. Inutile d'aider Asselineau à chas­ser sur nos pla­te­ban­des, refusons toute com­plai­sance avec le personnage, qui ne ferait qu'affai­blir le camp du combat antifaciste.

 

 

Des anti­fas­cis­tes lyon­nais et pari­siens

 

(...)

 

Pour consulter ce dossier dans sa totalité, cliquer ICI

 

 

Un dossier de camarades antifascistes lyonnais et parisiens (avec la docu­men­ta­tion réunie par Marie-Anne Boutoleau, jour­na­liste indé­pen­dante) publié par blogs.mediapart.fr et relayé par Demain l'Homme ex SOS-planete

 

 

Revue de Presse
antérieure mais également
suite au présent post

 

Enarque, eurosceptique, complotiste : cinq choses à savoir sur François Asselineau, qui a obtenu ses 500 signatures

Frexit, CIA, Wikipédia... 10 choses à savoir sur Asselineau, le candidat surprise à la présidentielle

 

 

Antiaméricanisme, théorie du complot et Space Mountain : qui est François Asselineau, le "pestiféré" des régionales ?

Avec François Asselineau, les conspirationnistes ont leur candidat à la présidentielle

François Asselineau a sa fiche Wikipedia

Quand les politiques se convertissent aux théories du complot

 

 

Notre Association défend
la Vie, toutes ses espèces
et bien évidemment l'Homme
avant tout !
Elle est politique,
dans le sens du mot grec "politeia"
et non du mot grec "politike".
En réalité, mis à part les ermites,
nous sommes tous des
Z'ommes politiques ;o)

 

 

Si tous les visiteurs réguliers
contribuent financièrement,
la vie de l'Association sera
pérennisée. Même pour 1€,
vous pouvez soutenir
Demain l'Homme. Merci

 

 

Site d'information sur les sectes et les mouvements de pensée - Cette Base De Données sérieuse va être introduite dans l'Annuaire du Cèdre

En préparation : Harry Potter, Witch,.. Risques de la banalisation de l'occultisme et la sorcellerie. Nos enfants en danger ?

SOS Sectes - Aide aux victimes

 

 

 

 

 

Testez GRATUITEMENT durant
un mois la version PREMIUM
de Demain l'Homme

 

 

 

 

Auteur : L'équipe de Demain l'Homme - Camarades antifascistes lyonnais et parisiens - blogs.mediapart.fr

  • Lire les commentaires
  • Modifier cette actualité
  • Contacter colibrix
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr