Attention : l'huile de palme DURABLE ne peut exister. Il s'agit d'une arnaque de plus ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/10/2013 à 21h15 par mich.


ATTENTION : L'HUILE DE PALME DURABLE NE PEUT EXISTER. IL S'AGIT D'UNE ARNAQUE DE PLUS !

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Attention : l'huile de palme DURABLE ne peut exister. Il s'agit d'une arnaque de plus !

 

(...)

Création d'un label RSPO

Six entreprises (Ferrero, Nestlé, Unilever, Vandermoortele, CSM, Cérélia) et trois organisations professionnelles (Association nationale des industries agroalimentaires, Alliance 7 et la Fédération nationale des industries de corps gras) ont pris l'engagement d'utiliser une huile de palme 100% durable d'ici à 2015 dans le cadre de l'Alliance.

Au niveau mondial, ces mêmes multinationales et d'autres encore, ont créé la RSPO, pour Roundtable on Sustainable Palm Oil, une organisation qui certifie et fait la promotion d'une huile de palme durable. Depuis 2011, cette initiative internationale multi-acteurs (ONG, producteurs d'huile de palme, industriels) délivre un label aux industriels qui garantit que la culture du palmier à huile ne se fait pas au détriment de la forêt primaire et des droits fondamentaux des populations locales.

Mais les pratiques évoluent lentement et l'huile de palme non durable a encore de beaux jours devant elle. Au sein même de l'Alliance, qui représente 90% de l'huile de palme utilisée en France, encore 60% était non certifiée RSPO. Chez Ferrero, qui utilise déjà une huile de palme 100% durable dans son usine italienne, allemande et française, on avance qu'il n'y a pas assez de plantations labellisées pour couvrir les besoins de ses 11 sites de productions.

Pourtant, près de la moitié de l'huile de palme RSPO (15% de la production mondiale) ne trouve pas preneur et sera finalement vendue sans label, faute d'acheteurs prêts à payer plus cher pour se fournir en huile de palme. Pour Greenpeace, qui a refusé de faire partie de la RSPO, ce désintérêt s'explique aussi par le manque de crédibilité du label.

 

 

"Il ne garantit pas une huile de palme durable et ça, les industriels s'en rendent compte, remarque Fréderic Amiel, chargé de la compagne "forêt" au sein de l'ONG. Il n'y a pas assez de contraintes. Ça manque d'ambition. S'ils n'améliorent pas les standards de production, ce n'est que du green washing".

 

3 niveaux de certification

En effet, le label RSPO recouvre des situations bien différentes selon le degré de certification. Ainsi, au premier niveau, l'huile de palme bénéficie d'un "green certificat". C'est-à-dire que les industriels achètent des certificats d'huile de palme durable, à l'image du système des droits à polluer. "Cela n'a aucune valeur puisqu'on finance le système mais on n'achète pas de l'huile de palme produite durablement", souligne Alain Rival.Le deuxième niveau, baptisé "Mass balance" est en réalité un mélange entre l'huile de palme classique et durable.

Finalement, seul le 3ème et dernier degré de certification, celui d'une huile de palme "ségréguée" est 100% durable. Mais en France, même si la part d'huile ségréguée utilisée progresse, elle reste largement minoritaire.

 

 

De fait, de l'aveu même des industriels qui font partie du groupement, le label n'est pas suffisant pour éviter la déforestation et le déséquilibre de la biodiversité. "La RSPO a le mérite exister, c'est une première étape, soutient Marc Toussaint. Mais nous devons aller plus loin, notamment sur la protection des tourbières et des forêts secondaires qui ne sont pas prise en compte dans la RSPO.

Un constat que partage Alain Rival, chercheur au Centre de coopération international en recherche agronomique pour le développement (Cirad) et correspondant pour la filière du palmier à huile : "Nous savons très peu de choses sur le bouleversement de la biodiversité engendré par la culture intensive du palmier à huile, et même si l'on protège les forêts primaires aujourd'hui, le fait d'avoir à côté un champ de palmier a forcément des conséquences". Par ailleurs, la RSPO ne prend pas en compte le rejet de gaz à effet de serre.

(...)

 

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article de Laure-Emmanuelle HUSSON, publié par challenges.fr et relayé par SOS-planete

 

Le dossier de SOS-planete sur cette horreur innommable

Exemple de la "transparence" du Premier ministre français : les magouilles à l'huile de palme (dite "huile végétale" POUR NOUS TROMPER)

 

Toute l'eau de la mer ne va qu'aux genoux de l'homme qui ne craint pas la mort. Proverbe indien

 






Un message poignant de Raouf Ben Yaghlane,
lu par Fred, colibri pour SOS-planete
(audio 04:41-enceintes à donfff !!!)

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : Laure-Emmanuelle HUSSON

Source : www.challenges.fr