Areva va finalement couler le béton de son EPR en Chine, au prix de la technologie - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/10/2009 à 15h10 par Jacques.


AREVA VA FINALEMENT COULER LE BÉTON DE SON EPR EN CHINE, AU PRIX DE LA TECHNOLOGIE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Areva va finalement couler le béton de son EPR en Chine, au prix de la technologie

Information sélectionnée par Jacques

Plusieurs fois reporté, le début des travaux du nucléaire de troisième génération est finalement imminent. Ce "contrat du siècle" signé lors de la visite de Sarkozy à Pékin il y a deux ans a été chèrement renégocié par les autorités chinoises. Areva fera-t-il une bonne affaire ?

La première coulée de béton du réacteur nucléaire de troisième génération du groupe français Areva est "imminente" à Taishan, dans la province du Guangdong. Elle devrait avoir lieu dans les prochains jours, dit-on de source proche du dossier. Le projet a reçu jeudi 22 octobre l'aval du Conseil des Affaires d'état, le gouvernement chinois.

Initialement prévue en août dernier, cette cérémonie avait été repoussée deux fois, pour des raisons "météorologiques et administratives" selon Areva, qui avait alors expliqué que des typhons passaient dans la région. Cette étape avait été décallée mi-septembre à "bientôt". Le gouvernement chinois semblait avoir d'autres priorités.

Réussir à installer le dernier cri du réacteur nucléaire a été un parcours semé d'embûches pour Areva qui travaille avec EDF sur l'EPR. Il commença par un coup dur, en 2006: deux ans après un premier appel d'offres, Areva se fait clouer au poteau par l'américain Westinghouse, qui remporte le plus gros contrat jamais signé dans le nucléaire civil: la construction de 4 réacteurs dits de troisième génération, deux dans le Zhejiang, une province de l'est, et deux dans le Guangdong, dans le sud. Pour la première fois, Westinghouse, racheté entre temps par Toshiba, va pouvoir construire son AP 1000, d'une puissance de 1100 mégawatts contre 1600 pour le Réacteur Pressurisé Européen.

Outre que l'administration américaine de l'époque a su user de sa diplomatie, la Chine ne cache pas la raison principale de son choix: le transfert de technologie. A Paris, certains reprochent alors à la présidente du groupe, Anne Lauvergeon, de ne pas avoir accepté de céder un peu du savoir-faire d'Areva pour vendre l'EPR.

Il faut attendre novembre 2007 et la visite de Nicolas Sarkozy à Pékin pour qu'Areva obtienne sa part du gâteau chinois: la construction de deux EPR pour la China Guangdong Nuclear Power Company (CGNPC), ainsi que la fourniture de combustible pendant 20 ans pour 8 milliards d'euros. La Chine veut à terme maîtriser seule la technologie des réacteurs de troisième génération et ne souhaite pas se couper du savoir-faire français ni être dépendante de la seule technologie américaine.

Mais le tour n'est pas joué pour autant. Au début de l'année 2008, le partenaire chinois d'Areva conditionne l'exécution du contrat du siècle à un engagement de la part des Français quant au transfert de la technologie de retraitement de combustible. Un savoir-faire précieux que possède Areva.

Au même moment, l'on apprend qu'un haut responsable d'Areva a été interdit de sortir du territoire chinois pour rester à disposition des autorités dans le cadre d'une enquête pour corruption visant l'un des vice-directeurs de CGNPC.

Vient ensuite la brouille franco-chinoise, après le passage chaotique de la flamme olympique à Paris et, quelques mois plus tard, la rencontre entre Nicolas Sarkozy et le dalaï lama. Certaines commandes passées à de grands groupes français sont ralenties. La situation a-t-elle freiné la construction des EPR déjà signés ou les projets futurs d'Areva ? Difficile à évaluer au final, répond une personne qui a suivi le dossier, les négociations sur de tels projets se déroulant dans un laps de temps plus long que n'aura duré l'orage diplomatique.

En août 2009, ce sont des soupçons de corruption concernant Areva qui sortent dans la presse. Kang Rixin, numéro un du nucléaire chinois est limogé et fait l'objet d'une enquête : il est soupçonné d'avoir détourné des fonds publics et reçu des dessous de table pour 1,8 milliards de yuans. Pourtant rarement abandonnés à la liberté de révéler des scoops, les médias chinois se demandent alors si M. Kang n'aurait pas fourni à Areva des informations sensibles dans le cadre de l'appel d'offres de 2004, celui que Westinghouse avait finalement remporté.

Parallèlement aux problèmes touchant à la Chine, les difficultés et les surcoûts se sont multipliés sur les autres chantiers d'EPR, ce qui a peut-être suscité des questions en Chine. "Les Chinois doivent regarder à Flamanville (France) et en Finlande, ils voient que même Areva et EDF, les constructeurs, n'arrivent pas à le construire" dit Stéphane Lhomme, porte-parole de l'association Sortir du nucléaire.

Dans ce dossier, la question la plus complexe pour Areva aura été celle du transfert de technologie. Une interrogation qui n'est pas propre au géant français du nucléaire mais concerne toutes les entreprises étrangères possédant un savoir-faire technique dont ne

Pour lire la suite cliquez sur "lien utile"