Areva suspend temporairement ses activités en Centrafrique - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 31/10/2011 à 23h45 par Jacques.


AREVA SUSPEND TEMPORAIREMENT SES ACTIVITÉS EN CENTRAFRIQUE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

 

Le groupe français Areva suspend officiellement le projet d'extraction d'uranium en Centrafrique en raison des répercussions de l'accident de Fukushima.

Fraîchement nommé à la suite d'Henri de Dinechin à la tête d'Areva Centrafrique, Jean-François Millian a déclaré le 31 octobre à la radio centrafricaine Ndéké Luka que le groupe français avait décidé d'interrompre de manière provisoire son activité dans le pays : « Nous avons pris la décision d'interrompre temporairement le développement du projet minier de Bakouma pour une durée allant de 1 à 2 ans.

Suite à l'accident de Fukushima, on a enregistré une baisse du cours de l'uranium dans le monde. Des projets de centrale nucléaire ont été abandonnés et entraîné une baisse de nos activités. »

Cette déclaration vient à point nommé. Elle fait taire les rumeurs d'un abandon total du projet de Bakouma (Province du Haut Mbomou, à l'Est), dont les retards s'accumulent, et qui avait commencé à déclencher de vives tensions au sein de plusieurs composantes de la population, notamment celles qui forment le Conseil national de la jeunesse bien décidé à pousser le gouvernement à revoir son contrat avec le leader français du nucléaire.

Par ailleurs, plusieurs riverains de Bakouma avaient déposé dans la foulée d'une manifestation devant les locaux d'Areva à Bangui, une plainte pour qu'une assistance sanitaire liée aux effets de la radioactivité leur soit dispensée en cas de départ de la société. Pour J.F. Millian, les risques d'irradiation sont, en phase de recherche et non de développement, quasiment nuls.

Les ressources identifiées sur le projet de Bakouma sont passées de 18 000 à 32 000 tonnes suite aux études réalisées depuis 4 ans pour un coût annoncé de FCFA 70 milliards (près de € 107 millions).

 

Un article de Benoît THELLIEZ, publié par mtm-news.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Benoît THELLIEZ

Source : www.mtm-news.com