Arctique : les dangers des forages - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/11/2010 à 15h44 par Fred.


ARCTIQUE : LES DANGERS DES FORAGES

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Arctique : les dangers des forages


Des écologistes américains ont mis en garde mercredi contre les risques liés au forage pétrolier au large dans l'Arctique, soulignant que les Etats-Unis sont très mal préparés pour faire face à une éventuelle marée noire.

La fragilité des écosystèmes, le froid et une mer souvent très agitée sont parmi les facteurs pouvant empêcher des opérations de nettoyage efficaces si un accident similaire à celui de la plateforme exploitée par BP dans le golfe du Mexique devait se produire, prévient le Pew Environment Group dans un rapport.

Selon ce groupe écologiste indépendant de Washington, les pétroliers ne sont pas préparés à affronter des vents violents, des vagues de six à neuf mètres, de gros blocs de glace flottante, une obscurité totale une grande partie de l'année et de vastes distances entre les plateformes en mer et les ports depuis lesquels les équipements et fournitures doivent être acheminés en cas de problème.

L'habitat des morses, des phoques et des ours polaires pourrait être fortement perturbé et un grand nombre de ces animaux pourraient disparaître en cas de marée noire, craint le Pew.

«Je pense qu'il y a actuellement de fortes pressions pour étendre le forage en mer dans l'Arctique et j'espère que notre rapport et le fait de soulever ces questions vont contribuer à adopter une approche plus prudente concernant le forage pétrolier dans cette région», explique Marilyn Heiman, une responsable du Pew Environment Group.

Les bateaux écumeurs de pétrole ne peuvent pas travailler dans une mer où flotte de la glace, relève-t-elle.

De plus, on ignore si les dispersants chimiques, abondamment utilisés par BP dans le golfe du Mexique, seraient aussi efficaces à de basses températures, selon elle. Enfin, «la biodégradation du pétrole n'est pas aussi rapide dans des eaux froides», a-t-elle dit à l'AFP.

Devenez lanceur d'alertes
 
 
SOS-planete, le site géant! ... Etat de santé réel de la planète






Source : www.canoe.com