HUMAN's Musics: Film unique de Yann Arthus-Bertrand - Musique d'Armand Amar - Beauté magique 1:23:35

Arctique : à qui profite la "fièvre pétrolière" ? - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/11/2012 à 17h15 par Fred.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Arctique : à qui profite la "fièvre pétrolière" ?

 

Envoyer une fusée dans l'espace coûte moins cher que forer un puits de pétrole dans l'océan Arctique. En effet, le lancement d'une fusée Proton coûte entre 80 et 100 millions de dollars, tandis que le prix du forage d'un puits de pétrole dans la région glaciaire varie entre 100 et 150 millions.

Or, chaque champ pétrolier doit comporter des dizaines de puits, déclare Valeri Nesterov, expert en gaz et pétrole chez Sberbank CIB (ex-Troïka Dialog). Quant aux plateformes pétrolières arctiques, chacune vaut 5-6 milliards de dollars selon lui, soit la moitié du prix du Grand collisionneur de hadrons.

Les dépenses sont colossales mais le revenu potentiel de l'exploitation de pétrole et de gaz en Arctique pourrait être encore plus élevé et atteindre plusieurs milliers de milliards de dollars. Un résultat qui permettrait à l'industrie pétrolière de se développer avec succès pendant encore plusieurs décennies.

Cependant, selon les experts russes de l'environnement et de l'industrie pétrolière, les projets menés dans l'Arctique sont encore loin d'être rentables et nécessitent de nouvelles technologies, identiques à celles utilisées dans le domaine spatial.

Ces considérations économiques ne dissuadent pourtant pas les autorités russes, qui poussent les corporations pétrogazières nationales à conquérir le Grand Nord.

Les enjeux

La fièvre arctique a commencé au milieu des années 2000. Les "puissances polaires" - comprenant la Russie, et à l'exception des Etats-Unis - revendiquent des portions considérables du plateau arctique auprès de l'Onu, qui devrait rendre sa décision en 2014.

(...)

L'espace sous-marin

Le forage dans l'Arctique requiert des "technologies comparables à celle du domaine spatial", a déclaré Igor Iouchkov, analyste de la Fondation pour la sécurité énergétique nationale pendant une récente table ronde à Moscou.

Les technologies actuelles sont incapables de régler certaines situations d'urgence telles qu'un éventuel déversement de pétrole sous la glace. Elles ne peuvent pas non plus gérer tous les risques, par exemple une plaque de glace de 20 km se dirigeant vers une plate-forme, comme c'est arrivé au groupe Shell en septembre, explique Mikhaïl Babenko.

"En 2050, l'Arctique ressemblera au Golfe ou à la Sibérie occidentale tels que nous les connaissons aujourd'hui", déclare le professeur Anatoli Zolotoukhine, vice-recteur de l'Université russe du pétrole et du gaz de Moscou.

(...)

 

 

Cap sur le nord

Chaque puissance polaire a ses raisons de se lancer vers le nord, que ce soit pour maintenir ou renforcer sa croissance économique, soutenir son potentiel en matière d'exportations ou assurer sa sécurité énergétique, estime Mikhaïl Babenko.

Selon lui, dans le cas de la Russie, la fièvre arctique est stimulée exclusivement par l'État.

Les consortiums étatiques Gazprom et Rosneft sont les seules compagnies autorisées à travailler sur le plateau arctique russe.

(...)

Réserve mondiale

Mais la fièvre arctique qui fait tant parler pourrait ne jamais se matérialiser. Car pendant que les consortiums pétroliers estiment les réserves des gisements pétrogaziers, les écologistes redoublent d'efforts pour protéger l'Arctique contre l'exploitation des hydrocarbures.

La pétition de Greenpeace exigeant de proclamer la région nordique "réserve mondiale" a déjà recueilli plus de 2,1 millions de signatures.

"La glace, dont dépend le climat de la planète, fond en Arctique. Cela se produit bien plus rapidement qu'il n'y paraît", affirme le site de la pétition, Savethearctic.org. Plus loin, on explique que la calotte polaire, qui a connu une fonte record cet été, est un facteur climatique crucial.

(...)

L'opinion de l'auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction

 

Pour lire la totalité de l'article, cliquer ICI

 

Un article de Alexeï Eremenko, publié par fr.rian.ru et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de  

SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Une mine de connaissances - Contacter notre équipe : vivant12)at(free.fr

 

Auteur : Alexeï Eremenko

Source : fr.rian.ru

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Fred
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.