Aquitaine : Les grands crus se mettent au bio - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/02/2011 à 20h22 par Tanka.


AQUITAINE : LES GRANDS CRUS SE METTENT AU BIO

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Aquitaine : Les grands crus se mettent au bio

Bordelais Si le label bio séduit de plus en plus de domaines viticoles, les vins de prestige échappaient encore à ce mouvement. C'est désormais chose faite.

Les château-guiraud et château pontet-canet, deux grands crus classés, viennent d'achever leur conversion au bio, une démarche encore rare pour des vins de ce standing. « Il y a un oubli de la nature, on fait trop appel aux fertilisants et aux pesticides », juge Xavier Planty, chantre de la « bio-viticulture » et copropriétaire du Château Guiraud, dont les 100 hectares à Sauternes (Gironde) sont estampillés agriculture biologique (AB) depuis l'an passé.

« Au fil des années et des récoltes, vigne et terre se sont appauvries et déséquilibrées », soutient-il encore. Son credo pour inverser la tendance : « laisser faire la nature ». « Au début, en 1996, nous avions 15 ha (en bio). On a fait des essais, regardé ce qui marchait, ce qui ne marchait pas », se souvient sa fille Laure. « On replante avec une génétique créée et contrôlée par nous-mêmes », en replantant le vignoble « avec des souches sélectionnées selon des critères de goût et de comportement », explique Xavier Planty. En cas de maladie comme le mildiou, cela permet de contenir la contagion. Résultats ? Une biodiversité retrouvée sur le domaine et des vins « plus complexes, plus élégants, plus tendus », s'enthousiasme le viticulteur, selon lequel il est « possible de produire des grands crus bio ».

Mue verte

A une centaine de kilomètres plus au nord, dans le Médoc, Pontet-Canet (80 hectares à Pauillac) a lui aussi entamé sa mue verte il y a plusieurs années, d'abord en se mettant à la « biodynamique » en 2004 puis en gagnant ses galons AB en 2010, explique le directeur technique du château, Jean-Michel Comme. « Nous avons demandé la certification bio pour prouver notre sincérité » face à l'incrédulité que suscitait leur démarche, souligne-t-il.

Arrivé dans ce prestigieux château il y a vingt-deux ans comme jeune oenologue « plein de certitudes », il y a d'abord développé une approche « moderne, conventionnelle et chimique » avant de se résoudre à tout « désapprendre ». Désormais, il dit son « ras-le-bol » du productivisme et de la « surenchère dans les traitements » chimiques, dont il soupçonne les effets néfastes sur la santé. Aujourd'hui, « nos vins sont beaucoup plus complexes d'un point de vue aromatique, la liaison avec le terroir est beaucoup plus forte », tout comme « la noblesse des tanins ».

Le vignoble bio dans le Bordelais

En 2010, 343 domaines du Bordelais avaient déjà effectué leur conversion au bio. D'ici à 2012, 10 % du vignoble français devraient avoir franchi ce cap.

Grands crus réticents.

Les château-guiraud et pontet-canet, classés grands crus, font partie des rares vins de ce standing à se réclamer d'une viticulture « plus proche de la nature » et à s'être convertis au bio.

Application limitée

Selon le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux, le bio ne fonctionne bien que dans des territoires restreints. Les vignobles de grande taille ont en effet besoin « de se défendre » contre les maladies et les insectes.

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!





Auteur : Actu France-Soir

Source : www.francesoir.fr