Anonymous Belgique : Nous les avons rencontrés - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/01/2012 à 21h35 par Jacques.


ANONYMOUS BELGIQUE : NOUS LES AVONS RENCONTRÉS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Anonymous Belgique : Nous les avons rencontrés

 

Le groupe d'«hacktivistes» le plus célèbre de la planète fait parler de lui en ce début d'année. Sites gouvernementaux, éditeurs musicaux, multinationales font l'objet d'attaques en règle. Rencontre inédite avec ces anonymes qui écrivent l'histoire du Web.

Dimanche soir sur la Toile. Rendez-vous est pris sur le canal de discussion d'Anonymous, via un des comptes officiels de l'antenne francophone du mouvement. Direction Anonops.li. Tout est en mode textuel, directement dans le navigateur Web. Pas d'icône, pas de smiley rigolo : bienvenue dans les années 1990.

Devant le flot d'informations présenté au nouvel arrivant, l'écran crépite. Entre deux blagues, on commente les attaques en cours, on analyse les résultats («le site de Vivendi vient de tomber»), certains traduisent ou sous-titrent des vidéos avant de les mettre en ligne, on s'entraide aussi, afin de sécuriser son accès au forum de discussions, mais aussi de brouiller les pistes lorsque l'on passe à l'action. Des sites iraniens, américains, français défilent et dans certains cas une action est tentée, en plus des opérations en cours, les fameuses #op.

C'est donc là que les choses se passent, du moins localement, pour le collectif. Nous avons pu interroger trois membres belges de l'association : trois membres pour trois approches différentes de ce qu'ils présentent comme un combat pour la liberté, sur le Web.

ArcelorMittal attaqué

S'il est assez simple de rencontrer des Anonymous par le biais du forum, recueillir leurs propos est plus délicat tant ils sont dans le collimateur des autorités. Celui qui se fait appeler Myabi change deux fois de pseudonyme pendant notre entretien, aussi pour se protéger au sein du groupe, au cas où les choses tournent mal. Myabi s'est mis au service de la «cause» relativement tôt, dès les attaques contre la scientologie.

Récemment, il a participé à l'#opbelgium contre ArcelorMittal. «Arcelor a viré des employés car, soi-disant, l'entreprise ne gagne pas assez d'argent, avance Myabi. Avant d'officialiser une #op, on cherche des infos : ArcelorMittal est la 79e entreprise la plus riche du monde. Ils font beaucoup de bénéfices et paient peu d'impôts en Belgique.»

Les revendications d'Anonymous ne sont donc pas toujours liées au piratage. Des entreprises au comportement social jugé douteux peuvent être visées. Pour autant, Myabi rejette toute récupération du mouvement. «Anonymous est contre la politique, il ne sera donc jamais un parti politique.»

Concrètement, les attaques sont d'une simplicité enfantine. Les opérations à coordination mondiale sont soumises à un vote afin d'établir un choix. Mais ce n'est pas systématique. «Quelqu'un propose une attaque, argumente en sa faveur et le vote se fait indirectement ; c'est-à-dire que, si le serveur tombe, l'attaque a été validée par les Anonymous», explique Darkknow, un partisan moins anonyme que les autres et dont le blog est visible en ligne.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Benoît Dupont, publié par levif.be

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Benoît Dupont

Source : trends.levif.be

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • Anonymous