Anomalies des Courants Marins dans l'océan Atlantique Nord - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/10/2011 à 15h15 par Fred.


ANOMALIES DES COURANTS MARINS DANS L'OCÉAN ATLANTIQUE NORD

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Anomalies des Courants Marins dans l'océan Atlantique Nord

 
Depuis plus de deux mois, les Sargasses envahissent les côtes de Martinique, et importunent les baigneurs. Si ces algues jaunes étaient gênantes, elles deviennent carrément nuisibles. Du nord au sud de l'île, elles commencent à pourrir et libèrent un gaz qui peut être toxique : l'hydrogène sulfuré. Un phénomène qui étonne tout le monde.

S'échouant sur les plages de la Martinique avec les courants, les algues sargasses rejettent en se décomposant une odeur d'oeuf pourri particulièrement forte. Par ailleurs, le gaz émanant des algues est le même qui est incriminé dans l'affaire des algues vertes en Bretagne.

Néanmoins, les émanations en Martinique seraient nettement inférieures à celles observées sur les plages bretonnes, de 0 à 3 ppm en Martinique contre plusieurs centaines de ppm en Bretagne.

Le témoignage des martiniquais est la suivante : "C'est du jamais vu en Martinique".

Ces algues proviennent de la haute mer. Elles y vivent sous forme libre et suivent des courants marins qui les dirigent actuellement sur les côtes martiniquaises préférentiellement vers la zone atlantique mais aussi parfois jusque sur la côte Caraïbe. Ce phénomène, exceptionnel, est la conséquence d'une nouvelle organisation des courants marins parcourant l'Atlantique dans l'hémisphère nord.

Mais alors que se passe t-il dans l'océan Atlantique ?

(...)

Une étude récente apporte également des faits sur la modification du Gulf Stream dans l'Atlantique Nord. Des biochimistes et océanographes de Suisse, du Canada et des Etats-Unis ont pu observer que le courant océanique froid du Labrador, qui descend le long de la côte Ouest des Etats-Unis, avait perdu de son influence au profit du Gulf Stream, courant chaud qui remonte vers le Nord. La preuve d'un changement "radical" des courants atlantiques a pu être trouvée dans des coraux.

Ce changement a démarré aux "débuts des années 1970" et "est largement unique ces dernières 1.800 années", écrivent les scientifiques dans le journal de l'Académie Américaine des Sciences (PNAS, en anglais).

Pendant 2.000 ans, le Labrador a été plus fort que le Gulf Stream, insiste Carsten Schubert, de l'Institut de recherche de l'eau des Ecoles Polytechniques fédérales (Eawag). "Maintenant le courant du Sud a pris le dessus, c'est vraiment un changement radical", a-t-il ajouté.

Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques se sont penchés sur la signature isotopique de l'azote des récifs coralliens, qui se nourrissent de particules organiques emportées par les courants, en analysant la croissance de leurs anneaux colorés sur 700 ans.

Car alors que les eaux du Gulf Stream sont salées et riches en particules organiques, les eaux arctiques du courant du Labrador sont pauvres en aliments pour les coraux.

Les chercheurs pensent par ailleurs "qu'il existe un lien direct entre les variations des courants océaniques dans l'Atlantique Nord et le réchauffement climatique causé par les activités humaines", averti l'Eawag, dans un communiqué.

Ces courants jouent eux-mêmes un rôle important dans le climat mondial car ils ont un lien avec l'AMO, oscillation multidécennale de l'Atlantique.

L'AMO est une variation cyclique à grande échelle du courant atmosphérique et océanique dans l'Atlantique Nord qui augmente et baisse alternativement la température de surface de l'océan et qui a des effets sur les conditions météorologiques en Europe et aux Etats-Unis.

 


 

Qu'est-ce que tout ceci implique ?

En terme de climat et de météorologie, nous avons appris que ce sont des sciences complexes et que rien n'est acquis à l'avance. On ne peut déduire des certitudes sur l'avenir climatique des 10 à 20 prochaines années.

Cependant l'histoire climatique du passé nous apprend qu'un changement climatique brutal en moins de 10 ans est déjà arrivé par le passé. Dès 2004, un courrier de l'Unesco nous alertait sur la possibilité d'un changement climatique brutal.

Des recherches datant de 1999 sont édifiantes :
La verte Irlande transformée en désert de glace. Au large des côtes françaises, des phoques du Groenland nagent entre des morceaux de banquise. Des ours polaires rôdent dans les rues d'Amsterdam...

Telles sont les images qu'évoquent les toutes dernières recherches sur le réchauffement de la planète. Vous avez bien lu : réchauffement de la planète, c'est-à-dire hausse de la température moyenne à la surface du globe due à la rétention de la chaleur solaire dans l'atmosphère par la pollution. Pis, les mêmes recherches suggèrent que ce changement radical de climat en Europe du Nord pourrait se produire en 10 ans seulement.

Pas de faute de frappe : il ne manque aucun zéro à ce chiffre. Des scientifiques ont récemment mis en évidence que le réchauffement de la planète peut avoir un impact dévastateur en un temps infiniment plus court que nul ne l'aurait cru possible, qui ne se compte ni en siècles, ni en décennies mais en années : ce phénomène brusque est appelé «basculement» climatique.

Un éminent expert vient d'adresser cette mise en garde : certains pays de l'Atlantique Nord pourraient entrer dans un climat arctique en 10 ans. Autant dire en un clin d'oeil à l'échelle géologique.

A l'échelle humaine, une telle rapidité de changement climatique est très probablement insupportable. Une économie, une agriculture seraient-elles capables de résister à un bouleversement aussi soudain ?

(...)

Une chose est claire: tant que nous n'en saurons pas davantage sur les complexités des changements climatiques, toute estimation du temps qu'il nous reste pour prendre des mesures est exclue.

Mais il ressort toujours plus nettement des données dont nous disposons qu'il pourrait être infiniment plus court que nous le pensions.

«Je croyais que les changements climatiques étaient lents et ne m'affecteraient jamais personnellement, avoue Kendrick Taylor. Aujourd'hui, je sais que notre climat pourrait changer sensiblement de mon vivant.»
 

Pour lire la totalité de l'article, cliquer ICI

 

Un article publié par laterredufutur.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Source : www.laterredufutur.com