Amazonie en danger : appel des indigènes à l'arrêt de la destruction - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/08/2011 à 18h12 par Mich.


AMAZONIE EN DANGER : APPEL DES INDIGÈNES À L'ARRÊT DE LA DESTRUCTION

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Amazonie en danger : appel des indigènes à l'arrêt de la destruction

 

Le Sénat brésilien s'apprête à adopter une loi qui affaiblirait la protection de l'Amazonie, et le gouvernement bolivien a lancé un projet de route traversant un parc naturel.

Du Brésil en Bolivie, les peuples indigènes de l'Amazonie organisent des marches appelant à l'arrêt de la destruction, alors que le Sénat brésilien s'apprête à adopter une loi qui affaiblirait la protection de l'Amazonie, et le gouvernement bolivien a lancé un projet de route traversant un parc naturel.

Le Brésil pourrait démanteler ses lois de protection des forêts. De vastes étendues de l'Amazonie, le poumon vert de notre planète, pourraient subir une déforestation massive et dévastatrice.

Cette menace sur la forêt amazonienne a provoqué la colère et des manifestations au Brésil. Dans les jours qui viennent des marches d'indigènes auront lieu partout dans le pays pour demander au gouvernement de Dilma d'opposer son véto aux modifications du code forestier.

L'ONG Avaaz a lancé une pétition en ligne, qui a recueilli déjà plus de 800.000 signatures. L'ONG veut franchir la barre d'un million avant le début des marches. Les chiffres de la pétition mondiale pourraient figurer sur des banderoles en tête de cortèges massifs pour la protection de l'Amazonie.

En Bolivie, quelque 600 Indiens amazoniens ont entamé cette semaine une "Marche sur La Paz" pour protester contre un projet de route traversant un parc naturel entre Villa Tunari et San Ignacio de Moxos, axe de désenclavement entre Bolivie andine et amazonienne, et vers le Brésil voisin.

 

 

Il s'agit du Parc national et territoire indigène Isiboro Secure (Tipnis) d'un million hectares, où vivent plus de 50.000 Indiens moxenos, yurakarés et chimanes. La route de 306 km est financée surtout par le Brésil. Son chantier a débuté en juin.

Malgré ses discours souvent pro-indigènes et en défense de l'environnement, Evo Morales a affirmé cette fois que la route est indispensable.

La route traverserait une des provinces les moins développées d'un des pays les plus pauvres d'Amérique du Sud. Or la route menace aussi un écosystème abritant un millier d'espèces animales, et plus de 2.500 végétales...

 

Un article de eitb.com

 

Amazonie : la déforestation a augmenté de 15% ces derniers mois

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : eitb.com

Source : www.eitb.com