Alpes : le danger qui menace la santé des abeilles et celle des hommes - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/06/2013 à 21h42 par Jacky.


ALPES : LE DANGER QUI MENACE LA SANTÉ DES ABEILLES ET CELLE DES HOMMES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Alpes : le danger qui menace la santé des abeilles et celle des hommes

 

C'est une lutte continue que mènent les apiculteurs avec les moyens qui sont les leurs : c'est-à-dire peu de chose... Après avoir obtenu l'interdiction de l'insecticide "Lindane" en 1998 et constaté les dégâts que pouvait provoquer le "Décis", nos abeilles pourraient être menacées par une décision de Bruxelles, à savoir l'autorisation sur notre sol des semences issues d'Organismes génétiquement modifiés (OGM).

Aux États-Unis, où les OGM sont autorisés, on assiste à l'effondrement des colonies d'abeilles, sans pour autant pouvoir en accuser les OGM, étant donné qu'aucune étude n'a permis de le mettre en évidence et que les grands semenciers ne sont pas pressés d'abonder dans ce sens.

Il n'en reste pas moins que les ruchers dépérissent aux "States" et que l'on évoque des causes "multifactorielles" pour l'expliquer, ce qui ne résout rien et laisse planer le doute.

Moratoire de Bruxelles

Le 29 avril, la commission européenne annonçait un moratoire de 2 ans pour 3 pesticides qui seraient à l'origine de la mortalité des abeilles domestiques : l'imidaclopride, la clothianidine et le thiaméthoxame et ce, sur 4 cultures : le maïs, le colza, le tournesol et le coton. Une décision qui prendra effet le 1er décembre prochain. Là où le bât blesse, c'est que cette décision est pernicieuse.

En effet, les semis de colza par exemple, se font toujours en automne, ils ne seront donc pas concernés par ce moratoire qui prend effet au 1er décembre et les agriculteurs pourront donc récolter en 2014 du colza élevé aux néonicotinoïdes après que les abeilles auront copieusement butiné leurs fleurs.

Autre déviance : les céréales d'hiver ne sont pas concernées par ce moratoire. On pourra donc utiliser ces produits, comme avant, sur toutes les variétés de blés et ses dérivés, sur l'orge et l'avoine notamment...

Le frelon asiatique

Le gros problème, dénoncé les apiculteurs, c'est la rémanence du produit dans le sol. En effet, lorsque l'on cultive du blé sur une parcelle, l'année suivante, compte tenu de la rotation des cultures, on fera pousser du colza sur la même terre. Le moratoire de ces produits sur le colza deviendra donc inopérant puisque la rémanence dans le sol du produit atteindra aussi les cultures qui devraient en être protégées...

On le voit, les abeilles ne sont pas tirées d'affaire et la fertilité des reines, en baisse, ainsi que l'invasion du frelon asiatique désormais à nos portes, ne sont pas pour rassurer les apiculteurs.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Roberto Figaroli, publié par laprovence.com et relayé par SOS-planete

 

 

Post qui fait le buzz : "Il est déjà trop tard" : l'espèce humaine devrait s'éteindre ce siècle

Notre page officielle Facebook - Nos actualités sur votre mobile via Twitter

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : Roberto Figaroli

Source : www.laprovence.com