Allemagne : le gouvernement ne se soucie pas de l'opinion publique pour autoriser le maïs OGM - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/02/2014 à 12h23 par Exo007.


ALLEMAGNE : LE GOUVERNEMENT NE SE SOUCIE PAS DE L'OPINION PUBLIQUE POUR AUTORISER LE MAÏS OGM

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Allemagne : le gouvernement ne se soucie pas de l'opinion publique pour autoriser le maïs OGM

 

Bien que plus des trois quarts de la population allemande soit hostile aux cultures OGM, l'Allemagne s'abstient lors du vote sur l'autorisation de cultiver le maïs OGM TC 1507 au sein de l'UE. Madame Merkel ne souhaite pas contrarier la clientèle des milieux d'affaires, est écrit dans un commentaire du quotidien Süddeutsche.

Les gouvernements qui ne sont souvent pas à être impressionné de ce que les citoyens veulent, n'est pas nouveau. Et dans de nombreux cas, cela peut être tout à fait justifiée. S'il s'agissait de la volonté de la majorité des Allemands, ils ne seraient probablement pas payer des impôts, et de ne pas s'arrêter à un feu rouge, il n'y aurait pas de points à Flensburg. C'est une chose. Une très différent, cependant, est que le gouvernement fédéral fait fi des préoccupations importantes de la population - et sans aucun problème. Exemple de cela est la décision récente de la grande coalition d'approuver un nouveau maïs génétiquement modifié dans l'UE.

 

 

Bien que plus des trois quarts des Allemands s'opposent génie génétique dans les champs et les plaques, à l'équipe de gouvernement de Mme Merkel ne peut pas porter à Pas pour un vote important, l'ordre du jour mardi à Bruxelles. Il s'agit de l' autorisation de culture pour le maïs avec le numéro 1507 . Le a été modifié par génie génétique qu'il est résistant à un pesticide et produit plusieurs insecticides pour repousser les parasites. Une plante dont les risques sont au moins aussi controversé que le profit.

Chose étrange est que ministre de l'Agriculture Hans-Peter Friedrich (CSU) préférerait voter contre l'approbation du maïs . Mais la plupart de ses collègues du Cabinet sont d'un avis différent, et qu'il doit se plier. Le gouvernement fédéral devra donc s'abstenir de voter au niveau de la voix de l'UE. Qu'est-ce que de facto, cependant, correspond à une Oui, parce que le vote sera probablement sortir si rare que la demande de veto Allemagne pourrait même peut-être sur la table.

 

Merkel ne peut pas désobliger la clientèle d'affaires

Cette tactique opaques n'est pas seulement un coup à la consommation, mais aussi une indication que la protection des consommateurs sur les listes prioritaires de la grande coalition n'est pas particulièrement loin de rang supérieur, selon la devise: «Nous la volonté du peuple ne se soucient pas" Les intérêts du lobby agricole apparemment l'emportent sur les craintes des citoyens.

 


En Allemagne, les producteurs de bio dépassés par la demande

 

Entièrement nouvelle, cette connaissance n'est pas, bien sûr. Déjà prédécesseur Frederick, Ilse Aigner, a leur détresse avec le cours d'Angela Merkel en question du génie génétique. Le chancelier a son va maintenant en vigueur dans la grande coalition. Il indique, entre autres, les partis gouvernementaux acceptent les réservations d'une grande partie de la population vers les technologies vertes. Mais le chancelier ne sera pas vexer la clientèle de l'économie, Merkel est dans le mot dans les industries chimiques et agricoles. En particulier, Bayer et BASF souhaitent un environnement GM-amical en Allemagne.

Tandis que les cultures GM dans le monde entier sont à la hausse, amener les fournisseurs en Europe à peine un grain dans la terre. Le coût des ventes et les profits. Car au-delà des débats idéologiques gène vert est principalement une chose: une entreprise brutale, qui est dominé par une poignée de l'industrie agroalimentaire internationale, en particulier la société américaine Monsanto. Ces entreprises font tout leur possible pour amener le marché des semences et donc la base nutritionnelle de l'humanité sous leur contrôle.

 

Chaque année, plus de pesticides sont utilisés

Les brevets sur les plantes sont un instrument puissant. Lorsque dans l'élevage de génie génétique est en jeu, ces brevets sont plus faciles à obtenir et les agriculteurs doivent souvent payer des redevances plus élevées pour les semences. Si les plantes sont ensuite élevés pour qu'ils soient résistants aux pesticides, le chiffre d'affaires et les profits peuvent facilement doubler. Pour les grandes entreprises agricoles fournissent prochaine semences généralement la pulvérisation nécessaire.

Cependant, la promesse de rendements plus élevés demeurent les sociétés d'ingénierie génétique pour autant coupable, les études montrent. Au lieu de cela, chaque année, sont encore utilisés de plus grandes quantités de pesticides toxiques sur les champs du monde. Cela nuit non seulement l'environnement mais aussi les consommateurs. Parce qu'ils ont de mettre fin non seulement couvrir les coûts de production plus élevés des agriculteurs, mais aussi pour les dommages à l'environnement.

 

 

Si le Conseil de l'UE à Bruxelles a voté sur le maïs génétiquement modifié de la semaine prochaine, il s'agit du point de vue allemand, c'est-à-dire la question fondamentale de la direction dans laquelle le gouvernement fédéral suivra en génie génétique. L'abstention prévue fait déjà clair qu'il n'y aura pas de changement de cap dans la gouvernance de Merkel. Une belle occasion pour une politique favorable aux consommateurs à Berlin a été perdue.

 

Un article de Silvia Liebrich, traduit de l'allemand par jeantrib, publié par sueddeutsche.de et relayé par SOS-planete

 

Deux nouveaux modules d'actualité : Les JO de Poutine - Méditerranée et gaz sarin

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Silvia Liebrich

Source : www.sueddeutsche.de