Alimentation : la production mondiale de viande doit doubler d'ici 2050 - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 22/02/2010 à 04h26 par Michel WALTER.


ALIMENTATION : LA PRODUCTION MONDIALE DE VIANDE DOIT DOUBLER D'ICI 2050

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Alimentation : la production mondiale de viande doit doubler d'ici 2050

La production mondiale de viande va devoir doubler d'ici 2050 pour atteindre 463 millions de tonnes afin de satisfaire la demande mondiale croissante, ce qui rendra nécessaire d'importants investissements dans l'élevage, a estimé jeudi la FAO dans son rapport annuel.

"Pour satisfaire une demande croissante, la production mondiale annuelle de viande devrait augmenter de 228 millions à 463 millions de tonnes d'ici à 2050", indique la FAO dans son rapport sur la situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture, rendu public à Rome, siège de cette agence spécialisée de l'ONU.

Pour parvenir à cet objectif, "des investissements urgents (...) sont nécessaires pour que le secteur de l'élevage dans le monde réponde à une demande croissante de produits animaux et, dans le même temps, contribue à la réduction de la pauvreté, à la sécurité alimentaire, à la préservation de l'environnement et à la santé humaine", ajoute la FAO.

"L'élevage est un secteur-clé de notre lutte contre la faim et la pauvreté.

Ce secteur représente 40% de la production agricole, il fait vivre un milliard de personnes et représente une des parties les plus dynamiques et à la croissance la plus rapide de l'agriculture en général", a déclaré Jacques Diouf, directeur général de la FAO, en présentant ce rapport.

"La forte demande de produits alimentaires d'origine animale offre des opportunités significatives au secteur de l'élevage pour contribuer à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté. Mais de nombreux petits exploitants sont confrontés à plusieurs défis pour demeurer compétitifs face à des systèmes de production plus intensifs", met en garde la FAO.

"Un fossé croissant se creuse entre ceux qui peuvent tirer parti de la demande croissante de produits animaux et ceux qui ne le peuvent pas", ajoute la FAO en recommandant de "soutenir les petits exploitants afin qu'ils puissent à la fois tirer profit des possibilités offertes par un secteur en pleine expansion et gérer les risques associés à la concurrence croissante".

"Il convient de renforcer l'efficacité de l'utilisation des ressources naturelles du secteur et de réduire l'empreinte de la production animale sur l'environnement. L'objectif est de veiller à ce que la croissance continue de cette production ne soit pas nocive pour les écosystèmes, la biodiversité, les terres, les ressources forestières et la qualité de l'eau, et ne contribue pas au réchauffement climatique", poursuit le rapport.

"Le développement de nouvelles technologies devrait aider le secteur à réaliser son potentiel en contribuant à l'atténuation des changements climatiques et en se dotant de la capacité de surveiller, signaler et vérifier les émissions de gaz à effet de serre liées à l'élevage", estime la FAO.

L'agence onusienne avait estimé à l'automne 2009 que pour nourrir le monde en 2050, avec une population globale d'environ 9,1 milliards de personnes, l'agriculture devait augmenter sa production d'environ 70%, investissant quelque 83 milliards de dollars par an.

La FAO a annoncé en 2009 que le nombre de personnes souffrant de la faim avait déjà dépassé le milliard, soit un sixième de la population mondiale actuelle.


Source : agrisalon.com

Info recueillie par le Mich

Vive la vie!

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........