Alerte au mercure : planquez vos sardines (thons, etc.) - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/03/2013 à 10h46 par kannie.


ALERTE AU MERCURE : PLANQUEZ VOS SARDINES (THONS, ETC.)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Alerte au mercure : planquez vos sardines (thons, etc.)

 

Le mercure est un métal lourd bien connu et toxique qui contaminent les poissons dans le monde entier. On observe une augmentation des teneurs en mercure depuis l'époque préindustrielle, et une étude récente indique l'accumulation de mercure dans les océans qui, comme chacun sait, n'ont pas de frontière. Les bactéries le convertissent en une forme très toxique, le méthylmercure, qui entre dans la chaîne alimentaire humaine.

On savait certaines zones très contaminées ; peu d'études avaient été conduites sur les autres produits marins comme les coquillages et crustacés. C'est chose faite par l'IRB (international research on biodisversity) qui a établi une base de données mondiales sur les teneurs en mercure de poissons et autres animaux marins.

Un rapport mondial vient d'être publié «Patterns of Mercury Seafood». Il identifie également les types de fruits de mer et autres animaux marins dont les concentrations sont relativement élevées en mercure. Pour compléter les données sur la contamination des poissons, le Zero Mercury working group (ZMWG) a commandé un rapport «Un aperçu des données épidémiologiques sur les effets du méthylmercure sur le cerveau, développement, justification pour la définition d'une base d'exposition tolérable».

Le Mercure s'avère plus dangereux que prévu

Au cours des 50 dernières années, de accidents d'exposition à grande échelle au Japon et en Irak ont attiré l'attention de la communauté médicale sur les effets toxiques du méthylmercure sur la santé humaine. En outre, les études épidémiologiques récentes et les impacts de l'exposition au mercure dans le poisson de consommation humaine ont permis de confirmer ce que beaucoup avaient longtemps craint : la santé humaine est directement compromise même par de très faibles concentrations de mercure.

Les problèmes de santé publique posés par le méthylmercure dans les fruits de mer sont complexes. Alors que la consommation de poisson apporte d'importants avantages nutritionnels, y compris les oméga 3, le risque d'une hausse des concentrations de mercure dans certaines espèces de fruits de mer est indéniable.

Les concentrations de mercure dans les variétés de fruits de mer peuvent varier de 100 fois leur teneur moyenne en mercure.

Environ 70 % de tous les fruits de mer contiennent des niveaux relativement faibles de mercure, mais les plus grands prédateurs comme l'espadon, le requin et certaines espèces de thon concentrent le mercure.

Y seront très directement sensibles, les femmes en âge de procréer et les jeunes. Mais aussi, tous les sujets qui mangent beaucoup de poissons.

Contamination par le mercure, les expositions et les risques :

Les données sur la santé permettent de proposer de nouveaux repères pour les taux de mercure. Les limites actuelles nationales et internationales sur les niveaux de mercure dans le poisson sont de 0,5 ppm (parties par million) pour tous les poissons et 1,0 ppm pour les espèces prédatrices importantes – ne sont plus suffisantes.

La référence pour l'exposition au méthylmercure de 0,1 µg par kilo de poids corporel/jour. L'Organisation mondiale de la Santé propose une dose hebdomadaire tolérable provisoire de 1,6 µg / kg pc / semaine), basée sur des preuves scientifiques obsolètes.

Des études plus récentes ont montré des effets néfastes avec des niveaux d'exposition considérés comme "sûrs" il y a seulement quelques années. Plusieurs de ces études montrent clairement que la consommation de quantités ordinairess de poisson à forte teneur en mercure peut causer des risques pour la santé des enfants et le développement du foetus.

En conséquence, le rapport commandé par ZMWG suggère que la dose de référence devrait être ramenée à 25 % de la dose de référence actuelle, soit à 0,025 µg / kg de poids corporel / jour.

Quels poissons ?

Trop concentrés pour être consommés une fois par semaine :

Sardine : 0,15 mg de mercure/ kg de filet frais

Maquereau et Bar : 0,13 mg

Pas plus d'une fois par semaine :

Maquereau pacifique : 0,06 mg de mercure/ kg de filet frais

Cabillaud, Mullet : 0,06 mg

Maxi 2 fois par semaine :

Saumon : 0,04 mg de mercure/ kg de filet frais

Haddock : 0,01

Parmi les poissons prédateurs les plus concentrés en mercure : thons (albacore, skipjac), le grenadier, le marlin, le king maquereau...


 

Un article de Béatrice de Reynal, publié par un-nouveau-paradigme.com et relayé par SOS-planete

 

SOS-planete, c'est environ 5500 visiteurs par jour ! 32 millions depuis la conception en 1999. Pourtant, l'association Terre sacrée qui édite le site repose actuellement sur à peine 95 adhérents et 9 lanceurs passionnés.
N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution compatible avec la Vraie Vie...

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer, à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Béatrice de Reynal

Source : www.2012un-nouveau-paradigme.com