Alain Marchais, un apiculteur en colère - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/02/2012 à 17h24 par Fred.


ALAIN MARCHAIS, UN APICULTEUR EN COLÈRE

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Alain Marchais, un apiculteur en colère

 

Passionné et passionnant, Alain Marchais est le président du Groupement de défense sanitaire apicole du département.

Hier, dans le cadre de la médiathèque d'Amboise, il tenait une conférence intitulée « Qui fera son miel quand l'abeille ne sera plus là ».

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que sa colère est à la hauteur de son peu d'optimisme pour l'avenir de l'abeille.

Pourtant, Alain Marchais se bat « notamment auprès des plus jeunes, pour leur faire connaître l'abeille et la botanique. Pour les adultes, il est malheureusement trop tard, les savoirs qui se transmettaient de génération en génération se sont perdus », s'insurge l'homme de l'art.

Selon lui, tout concourt aujourd'hui à faire disparaître cet insecte pollinisateur indispensable à la vie, et en premier lieu « le fric, car il n'y a que cela qui compte ».

« Tout passe par la rentabilité, alors la biodiversité disparaît. Lorsque vous survolez les champs, on ne voit plus que deux ou trois sortes de céréales et les abeilles n'y trouvent pas leur compte.

Et les plantes qui s'y développent sont sous perfusion de milliers de molécules mises au point depuis des décennies. En fait, les sols sont comme morts, desséchés. On ne peut plus parler d'agriculture mais d'industrie », explique Alain Marchais.

Il cite les herbicides, les fongicides, tous ces produits phytosanitaires qui mettent l'abeille en danger.

Sans compter le varroa, cet acarien parasite qui décime les ruches et devient de plus en plus résistant aux traitements.

« Un véritable fléau qui fait encore plus de ravages que le frelon asiatique. » Un nouveau venu dans le monde déjà bien morne de l'apiculture.

L'apiculteur de Veigné se désole également des fausses bonnes solutions, sortes de cautères sur des jambes de bois.

« On effectue des fauchages tardifs des bords de route pour permettre aux abeilles de butiner, alors que ce sont des endroits extrêmement pollués. Maintenant, beaucoup de gens veulent une ruche chez eux, sans rien connaître à l'élevage ni aux besoins de l'abeille. »

Résultat, l'essaim d'une ruche tient un an puis disparaît...

Alain Marchais constate : « Dans les années 90, on obtenait environ 100 kg de miel par ruche. Aujourd'hui, on tourne à une trentaine de kg. »

Et de conclure, fataliste : « De toute manière, la vraie nature est en train de disparaître. »

 

Un article de Pascal Laurent, publié par lanouvellerepublique.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Pascal Laurent

Source : www.lanouvellerepublique.fr