Agriculture : La vente directe comme solution d'avenir - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/01/2010 à 17h06 par Jacques.


AGRICULTURE : LA VENTE DIRECTE COMME SOLUTION D'AVENIR

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Agriculture : La vente directe comme solution d'avenir

Info sélectionnée par Jacques

Le Comité de développement agricole du Sud-Aveyron (CDASA) et la chambre d'agriculture, désirant favoriser et épauler les initiatives de vente directe, ont organisé dernièrement une journée d'information sur ce sujet .

En effet, la vente directe du producteur au consommateur connaît un essor sans précédent.

Environ 10 % des exploitations sud-aveyronnaises commercialisent toute ou partie de leur production en circuit court et 1/3 des demandes d'installations aidées concerne des personnes souhaitant s'installer dans ce système. La vente directe s'inscrit donc comme une solution d'avenir dans la région.

Pour François Giacobbi, président du CDASA, Joël Thomas, chef de région au CDASA et Sébastien Gayraud, administrateur associé au CDASA et éleveur, cette journée avait pour objectif de susciter la discussion, la mise en réseau des agriculteurs entre eux et les prises d'initiatives collectives .

Objectif atteint. « On constate qu'il y a un développement dans le Sud-Aveyron en circuit court et le rôle de la chambre d'agriculture est d'accompagner ces initiatives », indique Joël Thomas.

« Le fin fond de l'idée que nous avons eue, c'était de recenser les besoins, de les identifier. Par exemple, le transport avec les kilomètres qu'il faut faire, notamment dans le cas de la viande pour l'amener à l'abattoir, aller la rechercher. Sans compter qu'il n'y a plus d'abattoir de volailles dans le Sud-Aveyron.

L'intention est de voir comment l'on peut fédérer les gens pour trouver des solutions, comment s'organiser collectivement dans la v ente directe, explique François Giacobbi. Cette action de développement est ouverte à tous, bio ou pas, faisant partie d'un réseau ou pas, il n'y a pas de clivage. »

Un travail qui est bien évidemment prévu sur plusieurs années qui implique un certain nombre de partenaires, parmi lesquels le Parc naturel régional des Grands Causses, le réseau Bienvenue à la ferme, les Fermiers de l'Aveyron et l'AGMP12, et qui bénéficie de l'appui du conseil général de l'Aveyron et du ministère de l'Agriculture et de la Pêche.

Source : Le Midi libre

Pour en savoir plus sur la situation planétaire