Agriculture bio : suffirait-elle à nourrir la planète ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/03/2010 à 09h39 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Agriculture bio : suffirait-elle à nourrir la planète ?

L'agriculture biologique peut-elle nourrir l'humanité ?

Peut-on se passer d'engrais chimiques ?

Certains estiment que les rendements en bio sont insuffisants pour subvenir aux besoins de la planète, qu'en est-il vraiment ?

Enfin, la bio peut-elle être appliquée aux pays pauvres ?

Éléments de réflexion.

Agriculture bio : baisse de la productivité ?

Beaucoup affirment que la productivité de l'agriculture biologique est inférieure à celle de l'agriculture traditionnelle, et que le potentiel du bio est même insuffisant pour espérer nourrir la planète, avec 9 milliards d'êtres humains attendus en 2050.

C'est notamment le point de vue qu'affiche la FAO (Organisation pour l'alimentation et l'agriculture), qui estime que l'agriculture bio doit être certes encouragée, mais que subvenir aux besoins alimentaires mondiaux passe obligatoirement par une utilisation judicieuse d'engrais chimiques.

Selon certains, l'agriculture bio, si elle était généralisée à l'ensemble des pays développés exportateurs (notamment Europe et Amérique du Nord), engendrerait une pénurie alimentaire, faute de rendements suffisants.

Les détracteurs du bio annoncent ainsi une productivité en bio correspondant à la moitié, voire le tiers, de ce qu'elle est en agriculture conventionnelle.

La diminution des rendements dans les pays développés reste relative

Si la baisse de rendement dans les pays développés (gros utilisateurs de pesticides et d'engrais chimiques) est réelle, elle n'est, semble-t-il, pas si importante que cela :

* Une étude menée par des scientifiques de l'Institut de recherche pour l'agriculture biologique en Suisse a montré que les fermes biologiques avaient un rendement inférieur de seulement 20% aux fermes conventionnelles, sur une période de 21 ans.

* Per Pinstrup Andersen (professeur à Cornell et gagnant du World Food Prize) a passé en revue plus de 200 études menées aux Etats-Unis et en Europe, et arrive à peu près aux mêmes résultats que ses collègues suisses : le rendement de l'agriculture biologique arrive environ à 80% du rendement de l'agriculture conventionnelle.

* Bill Liebhardt (scientifique agricole de l'Université de Californie à Davis) a analysé les informations de 154 saisons de croissance sur diverses cultures et a mis en évidence que la production de maïs biologique atteignait 94% de celle de la production conventionnelle, celle de blé biologique 97% et celle de soja biologique 94%. Pour la tomate, la production bio égalait la production conventionnelle.

* Enfin, une étude publiée dans la célèbre revue Nature montre que le rendement en pomme, sur 5 ans, est équivalent dans un verger bio et un verger conventionnel (avec, en prime, des pommes bio plus sucrées que leurs congénères).

En bio, de meilleurs rendements dans les pays en développement

Mais qu'en serait-il des rendements de l'agriculture biologique dans les pays en développement ?

Les pays développés, avec leurs rendements énormes, voient leur productivité diminuer lors du passage en bio.

Quand on part de très haut, il est facile de descendre...

Mais l'inverse est vrai aussi : quand les rendements sont médiocres, il est aisé de les améliorer... avec la bio !

En effet, dans les pays pauvres où sévit la famine, lorsque le sol est peu fertile, soumis à la sécheresse, et lorsque les producteurs n'ont pas les moyens d'acheter des engrais chimiques, l'agriculture bio permettrait d'améliorer nettement les récoltes. Quelques exemples d'études allant dans ce sens :

* Des chercheurs de l'Université d'Essex ont passé en revue plus de 200 projets agricoles dans les pays en voie de développement.

Ils ont évalué à +93% l'augmentation moyenne des rendements obtenus en adoptant les pratiques de l'agriculture biologique, pour l'ensemble de ces projets (9 millions de fermes sur près de 30 millions d'hectares).

* Plus modestes, mais concluants eux aussi, les résultats d'une étude menée sur 7 ans, et portant sur 1000 fermiers cultivant 3 200 hectares dans le centre de l'Inde : la production moyenne de coton, de blé et de piment était jusqu'à 20% plus élevée dans les fermes bio que dans les fermes conventionnelles.

.../...

Le sol, rendu plus fertile, produit plus, même sans engrais chimiques.

Généraliser l'agriculture bio dans les pays pauvres, c'est possible ?

.../...

Source : Gerbeaud.com

Pour lire la totalité de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Info recueillie par Michel95 qui est POUR LE BIO ! ! !

La planète a bien réussi à se débarrasser d'un prédateur OGM (Organisation Grandement Maléfique) dans les années 4O...

La généralisation du bio amènerait, via la sélection naturelle, la disparition de nombreux prédateurs qui ont pignon sur rue (Et le bras long...) !

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr