Afrique-Environnement - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/10/2009 à 12h15 par Michel95.


AFRIQUE-ENVIRONNEMENT

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Afrique-Environnement

Information recueillie par Michel95

L'Afrique réclame des technologies propres en tant que victime des changements climatiques

APA - Ouagadougou (Burkina Faso) L'Afrique, grande victime de la déréglementation climatique attribuée à la pollution industrielle des pays du Nord, souhaite bénéficier des technologies écologiques et d'une aide financière devant lui permettre de s'adapter à la nouvelle donne, a déclaré en substance, le ministre burkinabè de l'Environnement, mercredi à Ouagadougou.

« En tant qu'Africains, nous n'allons pas passer notre temps à nous lamenter face à ce phénomène (le changement climatique) », a fait savoir le ministre burkinabè de l'Environnement et du Cadre de vie, Salifou Savadogo à l'ouverture du Forum mondial sur le développement durable.

Pour lui, les pays les plus avancés qui sont également les plus grands pollueurs, devront, dans le cadre des transferts de technologie en faveur du Continent, faciliter l'accès aux nouvelles technologies soucieuses de l'environnement.

« Nous estimons que sur la question des transferts des technologiques, il nous faut des technologies propres, autrement dit il nous faut des technologies qui nous permettent de réaliser le développement en intégrant les valeurs environnementales », a-t-il dit.

Il estime que l'Afrique doit aussi bénéficier de « financements additionnels, des financements prévisibles, sans conditionnalité ».

A son avis, ces financements aideront l'Afrique à mieux s'organiser face aux effets du changement climatique et à gérer les conséquences des cataclysmes inhérents aux changements.

Il suggère par exemple que le Bassin du Congo, le plus important au monde après celui de l'Amazonie soit préservé et restauré si nécessaire et que 25% de la superficie de l'Afrique soit couverte de forêt.

« Il nous faut dans le domaine de la reforestation, planter des millions et des millions d'arbres »a –t-il suggéré.

Le forum permettra aux participants de dégager une vision commune de l'Afrique avant la conférence mondiale de Copenhague (Danemark) sur les changements climatiques.