Adoption d'une loi contre la fracturation hydraulique dans la région autonome espagnole de Cantabrie - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/04/2013 à 23h32 par Jacky.


ADOPTION D'UNE LOI CONTRE LA FRACTURATION HYDRAULIQUE DANS LA RÉGION AUTONOME ESPAGNOLE DE CANTABRIE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Adoption d'une loi contre la fracturation hydraulique dans la région autonome espagnole de Cantabrie

 

Le parlement de la région autonome de Cantabrie située au nord de l'Espagne a adopté à l'unanimité le 8 avril 2013 une loi interdisant la fracturation hydraulique sur son territoire.

Depuis 2011, ce ne sont pas moins de 6 permis qui avaient été octroyés pour l'exploitation du gaz de schiste dans cette région. Ces permis, octroyés par les autorités gouvernementales, s'inscrivaient dans le cadre d'une politique de développement de l'emploi dans cette région, mais les considérations environnementales ont primé.

Le texte ne s'oppose pas à l'exploitation du gaz de schiste, mais à son exploitation par le recours à la fracturation hydraulique, dont les conséquences au plan environnemental sont encore très incertaines. Néanmoins, la décision stoppe de fait cette exploitation, puisqu'il s'agit de la seule technique connue à l'heure actuelle. Si la décision ne concerne qu'une région de l'Espagne, il convient de souligner que c'est cette région qui a été identifiée comme la plus pourvue en Gaz de schiste du pays.

 

Un article de mediaterre.org, et relayé par SOS-planete

 
Afficher la source

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Rédaction mediaterre.org