Abérrant : Les Huiles Essentielles interdites pour les animaux ! (et bientôt pour nous aussi ?) - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/05/2019 à 20h32 par Exo007.


ABÉRRANT : LES HUILES ESSENTIELLES INTERDITES POUR LES ANIMAUX ! (ET BIENTÔT POUR NOUS AUSSI ?)

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Abérrant : Les Huiles Essentielles interdites pour les animaux ! (et bientôt pour nous aussi ?)

............

 

Social, environnement :
ne désespérons pas !
Certes, l'espèce humaine
ressemble plutôt à une
maladie, mais elle abrite
moins de cons qu'on ne croit

 

 

Note de la rédaction :

 

Ceci est un communiqué de Xavier Bazin, de Santé Corps Esprit, reçu par Jeantrib, rédacteur adjoint et lanceur d'alertes de l'association Demain l'Homme ex SOS-planete

 

Ce matin, je suis choqué, consterné.

Sandrine Lizaga est une jeune éleveuse de brebis bio. Elle élève une soixantaine de brebis dans une petite ferme de la Drôme provençale, en agriculture biologique. Elle produit des fromages et des yaourts au lait de brebis bios et vend de la viande d'agneaux.

Le 16 août 2013, deux inspectrices des services de la préfecture viennent la contrôler.

Un contrôle de routine, comme il y en a dans tous les élevages.

Tout se passe bien... jusqu'à ce qu'elles tombent sur l'armoire à pharmacie que Sandrine utilise pour ses bêtes.

 

 

« A la vue de mes produits, elles se sont littéralement décomposées, raconte Sandrine. Elles m'ont expliqué que je n'avais pas le droit de ramasser des plantes pour faire des décoctions, et que les huiles essentielles étaient dangereuses pour les consommateurs mangeant la viande de mes agneaux et le lait de mes brebis. J'étais tellement abasourdie que je suis restée sans voix ».

Puis, les inspectrices exigent de voir « l'ordonnance » du vétérinaire.

Sandrine n'a évidemment pas d'ordonnance : elle fait ses décoctions elle-même... et les flacons d'huiles essentielles sont en vente libre.

Et de toute façon, elle connaît ces remèdes beaucoup mieux que son vétérinaire, qui ne prescrit que des médicaments chimiques.

Un mois plus tard, Sandrine reçoit un courrier officiel. On lui explique qu'elle a violé la réglementation. On la menace de lui retirer les aides financières de l'Union européenne (PAC) ! Pourquoi ?

La réponse est à peine croyable.

 

Des plantes qui soignent retirées du marché !

 

 

D'abord, un nouveau règlement européen (UE 230-2013) a imposé le retrait du marché d'environ 600 plantes sous forme d'extraits végétaux ou huiles essentielles.

 

Bien sûr, dans le lot de 600 plantes, il y en a certaines qui sont dangereuses (cela dit, croyez-vous vraiment que des éleveurs donneraient de la ciguë à leurs bêtes ??).

Mais on en a profité pour empêcher les éleveurs de donner à leurs bêtes des compléments alimentaires à base de prêle des champs, d'ortie, de trèfle d'orange ou de luzerne.

C'est d'autant plus absurde que la prêle, la fougère et le buis... sont des plantes que les brebis mangent naturellement !

« Elles se nourrissent et se soignent en même temps, s'insurge Jean-Louis Meurot, de la Confédération paysanne. Faut-il détruire les plantes que les bêtes mangent ? »

C'est tout simplement absurde.

Mais le vrai scandale vient d'une décision franco-française :

 

Haro sur les huiles essentielles !

 

 

En août 2013, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (ANSES) a publié une note retentissante.

Elle interdit aux éleveurs d'utiliser des remèdes qui n'ont pas « d'autorisation de mise sur le marché » (AMM) ou qui n'ont pas été prescrits par un vétérinaire.

Inutile de dire que les plantes et les huiles essentielles n'ont pas d'AMM (une procédure réservée aux médicaments) et sont rarement prescrites par les vétérinaires.

Cette note signe donc la mort des remèdes par les plantes ! Et cela laisse le champ libre à l'utilisation massive des antibiotiques.

Et savez-vous pourquoi cette décision invraisemblable a été prise ?

Parce que l'administration s'est rendue compte que les huiles essentielles sont :

 

- Plus efficaces que les antibiotiques ;
- Bien meilleures pour les bêtes et ceux qui les mangent (nous) ;
- Et beaucoup moins chères !!

 

Je n'exagère pas, hélas.

C'est le directeur de l'agence du médicament vétérinaire (qui appartient à l'ANSES), Jean-Pierre Orand, qui a vendu la mèche.

Il a reconnu que cette note a été rédigée « après la publication dans la presse professionnelle d'une étude expérimentale pour soigner les mammites – des inflammations des mamelles – avec des huiles essentielles ».

 

Cette étude montrait-elle un danger ou une inefficacité ? Non, c'est tout le contraire !!!

 

 

D'après l'étude, un mélange d'huiles essentielles de Listea citrata (anti-inflammatoires), de Thymus vulgaris à thymol (contre le germe), de Leptospermum scoparium (contre le risque de toxémie), entre autres, fait des merveilles pour guérir les vaches de leurs mammites.

Car contrairement aux antibiotiques, les huiles essentielles ne se contentent pas de tuer le « germe » qui cause la maladie :
« Les huiles essentielles agissent sur trois aspects : contre le germe, sur la toxémie et en plus sur le terrain de chaque vache, c'est-à-dire sur ses équilibres immunitaires, métaboliques, etc... »

Quant aux prix de ces remèdes naturels, ils défient toute concurrence : le traitement de 10 jours coûte seulement 2,22 euros en moyenne... sans passer par le vétérinaire !

On comprend que cela puisse faire peur aux lobbys !

 

 

Pour Jean-Louis Meurot, de la confédération paysanne, cela ne fait d'ailleurs aucun doute :

« On est dans la défense des intérêts des industries pharmaceutiques et de la corporation des vétérinaires qui défend becs et ongles le monopole de la prescription. »

Et si vous avez besoin d'une preuve du « deux poids, deux mesures », voyez plutôt avec quelle bienveillance on traite les laboratoires.

Les « vermifuges » qu'ils commercialisent ont récemment obtenu la mention « zéro jour d'attente ». Cela veut dire qu'un éleveur peut donner un vermifuge à une brebis... et vendre son lait le jour même.

Faut-il rappeler que les vermifuges sont des pesticides et des biocides, ce qui veut dire qu'ils « tuent la vie » ?

Les huiles essentielles, elles, sont fabriquées par les plantes et « favorisent la vie »... mais ce sont elles qui sont farouchement interdites par les autorités !

Et le pire dans tout ça, c'est que ces huiles sont sans doute LA solution pour éviter la plus grande catastrophe sanitaire du 21ème siècle !

 

Tout était perdu... et les huiles essentielles sont arrivées

 

 

Je vous rappelle que la résistance aux antibiotiques est considérée par l'Organisation mondiale de la Santé comme « une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale »

Il y a quelques temps, je vous écrivais que les antibiotiques ne marcheront plus d'ici quelques décennies, si nous ne faisons rien.

La faute à la consommation abusive d'antibiotiques, par les humains bien sûr... mais aussi et surtout par leur utilisation insensée dans les élevages agricoles intensifs.

En France, 780 tonnes d'antibiotiques sont données chaque année aux animaux d'élevage... et nous les retrouvons dans notre assiette, sans nous en rendre compte.

La situation est suffisamment grave pour que le Ministère de l'agriculture décide de faire quelque chose. En 2012, il s'est engagé à essayer de réduire ce chiffre de 25 % en 2017.

Mais ça, ce ne sont que les promesses « officielles ». Car vous le voyez, dans les coulisses, l'administration persécute au contraire les éleveurs qui utilisent des alternatives naturelles et efficaces !

 

 

Les huiles essentielles permettent pourtant de réduire drastiquement l'utilisation des antibiotiques, à la fois chez l'homme (j'y reviendrai dans une autre lettre)... et chez les animaux !

Par exemple, une étude publiée en octobre 2014 a montré que les poulets ayant pris de l'huile essentielle d'origan ont eu un taux de mortalité de 59 % inférieur à ceux qui n'avaient pas été traités.

Une autre étude publiée en 2011 a montré que des extraits aromatiques de plantes protégeaient efficacement les poulets contre les infections intestinales.

En ce moment même, le Département américain de l'agriculture étudie l'utilisation de zestes de citron et d'huiles essentielles comme alternatives aux médicaments chimiques.

Et ces études viennent rejoindre la masse incroyable de recherches in vitro qui prouvent que les huiles essentielles ont une puissance antibactérienne similaire à celle des antibiotiques

 

Agissez avec moi, maintenant !

 

 

Le potentiel thérapeutique des huiles essentielles est tout simplement inouï... mais la priorité de l'administration française, c'est de les interdire !
Alors que tout le monde sait que l'utilisation massive des antibiotiques nous conduit à la catastrophe !

 

Alors s'il vous plaît, transmettez cette lettre à tout votre entourage.
Tout le monde doit être au courant de ce scandale !

 

Et je voudrais faire un appel officiel à témoignages : si vous êtes un éleveur, que vous utilisez des plantes et des huiles essentielles pour soigner vos animaux et que vous voulez témoigner publiquement, contactez-moi !

Le plus simple est de laisser un commentaire en bas de cet article, avec votre adresse e-mail (qui n'apparaîtra pas publiquement).

 

 

Je vous donnerai la parole, dans cette lettre ou dans la revue Santé Corps Esprit. Si nous nous mettons tous ensemble, nous pourrons peut-être faire bouger cette réglementation invraisemblable !

Alors merci de transférer ce message autour de vous, par email ou sur Facebook.

Et j'en profite pour envoyer un message personnel à Sandrine Lizaga. Si vous me lisez, je voudrais vous féliciter pour votre courage et votre engagement !

Bonne santé

 

Xavier Bazin

 

(...)

 


Pour lire la suite, cliquer ICI

 

 

Une actualité de Xavier Bazin, publiée par sante-corps-esprit.com et relayée par Demain l'Homme ex SOS-planete

 

 


abonnés

 

 

Si tous les visiteurs réguliers
contribuent financièrement,
la vie de l'Association sera
pérennisée. Même pour 1€,
vous pouvez soutenir
Demain l'Homme. Merci

 

 

 

 

....

 

 

 


 

 

 

 

 

Pages officielles sur les Réseaux Sociaux
 

.........


Playlistes du youtubeur Cèdre, lanceur d'alerte de Demain l'Homme, ex SOS-planete
...

 

...Un agrégateur (lecteur)
de flux RSS (notifications),
pour être prévenu aussitôt
de nos actualités sur PC ou
mobiles - L'atelier

 

Tout va si vite ! Vous n'allez
pas en croire vos yeux ;o)

Carpe Diem

 

 

.....

 

 

 

Contacter Michel : sos-planete(at)terresacree.org

 





Auteur : Xavier Bazin; sante-corps-esprit.com